#Janette bien dans son corps | #Actualités | #Janette, toujours au fait

C’est la journée mondiale sans tabac! Qu’en est-il des fumeurs au Luxembourg?

par Jade Goffestre

31 mai 2021

La consommation de tabac reste élevée au Grand-Duché ! Plus du quart (26 %) des habitants du Luxembourg ont fumé en 2020 et 17 % allument au moins une cigarette par jour.

L’enquête annuelle, réalisée par TNS Ilres en 2020 pour la Fondation Cancer auprès de 3 019 personnes de plus de 16 ans résidant au Luxembourg, révèle que le Grand-Duché du Luxembourg compte environ 135 000 fumeurs, dont plus de 88 000 fumeurs quotidiens.

Les statistiques 2020 sont nettement au-dessus de la moyenne de ces dix dernières années… Au cours de la période 2011-2020, le taux de tabagisme a été supérieur à 23 % seulement à deux reprises, en 2019 et 2020. La dernière fois qu’un taux de tabagisme supérieur à 25 % avait été enregistré remonte à il y a plus de 15 ans, à 2005.
La plus grande proportion de fumeurs se rencontre chez les jeunes. Un tiers (33 %) des 18-24 ans a fumé en 2020, et dans la tranche d’âge de 25 à 34 ans, ce taux atteint même les 35 %.

Des chiffres qui ne cessent de grimper

Sur dix ans, le taux de tabagisme a progressé dans toutes les classes d’âge, à l’exception de celle des 45-54 ans. Si les hommes sont les plus gros fumeurs, le taux de tabagisme chez les femmes est en progression constante, de 18 % en 2016 à 25 % en 2020. La proportion de fumeuses dans la tranche d’âge de 25 à 34 ans est en augmentation constante : un tiers des jeunes femmes fumaient en 2020.


48 % de tous les fumeurs ayant participé à l’enquête TNS Ilres ont déclaré vouloir arrêter de fumer, il s’agit cependant du taux le plus faible depuis 2008.


La Fondation Cancer revendique des mesures efficaces

Des mesures supplémentaires s’imposent avec notamment, l’augmentation des prix des produits du tabac. C’est, selon la Banque mondiale, la solution la plus efficace pour réduire à un minimum la consommation de tabac – surtout chez les jeunes. Si un paquet en vient à coûter, non plus six euros, mais 20 (comme c’est le cas en Australie), les gens seront moins enclins à se mettre à fumer.

La sensibilisation aux risques de la consommation de tabac ne doit pas se cantonner aux écoles primaires et aux lycées, mais doit aussi se faire dans les universités – les chiffres de l’enquête 2020 montrent en effet que le pourcentage de fumeurs chez les étudiants est plus élevé que la moyenne nationale.

Plus d’informations par ici.

Allez les Janette, c’est pour votre santé !

les derniers articles Janette bien dans son corps