#Psycho & Bien-être | #Psycho des petits

Le rôle des grands-parents

par Claudine Boulanger-Pic

29 mars 2020

Piliers essentiels des jeunes générations, les grands-parents occupent une place majeure dans la construction de la personnalité de leurs petits-enfants.

Vacancesà la mer, à la campagne ou à la montagne, confection de nos gâteaux préférés ou bien encore instants privilégiés passés autour de photos, de dessins et d’objets qui agissent sur nos souvenirs à la manière de la célèbre madeleine de Proust, l’univers de nos grands-parents a certainement concouru à nous forger tel que nous sommes à l’âge adulte. Avec leur expérience et la sérénité que leur procure le fait de ne plus être seulement des parents, les papis et mamies du monde entier aiment transmettre valeurs et souvenirs qui leur sont chers à leurs petits-enfants.

En plus du plaisir de se sentir déchargés des pures obligations matérielles, les papis et mamies ont davantage de temps à consacrer à leurs petits-enfants qu’ils n’en ont eu pour leurs propres enfants. Ils ne cessent de se moderniser pour toujours mieux répondre à leurs attentes. Souvent leur seule présence rassure et protège de tous les petits maux de la vie.

A chaque étape de sa vie, votre enfant apprend à vivre une multitude d’émotions nouvelles… Sa relation avec ses grands-parents va changer d’année en année.

  • De 0 à 3 ans, la tendresse avant tout.
  • Vers 4-5-6 ans, trottiner dans les jambes de Mamie pendant qu’elle fait une tarte, accompagner Papy à la pêche ou l’aider à arracher ses mauvaises herbes, se faire raconter une histoire… sont des instants très riches, constitutifs d’une grande complicité. Pour les grands-parents, ces instants partagés représentent aussi de bons moments. Ils sont plus patients car ils n’ont pas vos diablotins sur le dos tous les jours. Ils n’ont pas non plus la même pression éducative que vous car ils n’ont pas à gronder ou surveiller les notes à l’école. Plus dégagés, ils se consacrent pleinement aux enfants pendant les quelques heures ou jours qu’ils passent ensemble.
  • De 6 à 12 ans, les grands-parents jouent un rôle qui n’appartient qu’à eux, celui de passeurs de la mémoire familiale Si votre enfant sait que vous aussi vous avez été petits, c’est parce que vos parents le leur signifient par leur existence même. C’est aussi souvent autour des grands-parents que se rassemblent les cousins, les oncles et tantes. Ce sont eux qui font se rencontrer les uns et les autres et permettent aux enfants de se situer par rapport aux autres membres de la famille. Auprès des grands-parents, les enfants expérimentent la notion de chaîne, s’approprient le passé et, ainsi, peuvent à leur tour se projeter dans l’avenir.
  • De 12 à 18 ans, SOS diplomatie. Votre enfant est devenu un adolescent : il commence à sortir ses épines et le conflit couve, éclate parfois. Les causes possibles sont multiples. Si votre relation avec eux est explosive, mieux que personne, les grands-parents peuvent dénouer le conflit. « Dans un univers où tout a basculé pour l’enfant, et même l’essentiel, les grands-parents, solidaires, demeurent l’un des seuls repères stables et rassurants pour l’enfant », confirme Harry Ifergan, psychologue et auteur avec Etienne Rica de Mais qu’est-ce qu’il a dans la tête ? (Hachette).

ATTENTION  

Les mamies et les papis gâteaux auraient une influence négative sur la santé de leurs petits-enfants !  Selon une étude réalisée par l’Université d’Helsinki (Finlande) et publiée par la très sérieuse revue britannique Evolutionary Psychology, les grands-parents mettraient en effet malgré eux en péril le bien-être de leurs petits-fils et petites-filles: les enfants qui voient régulièrement leurs grands-parents sont cinq fois plus susceptibles d’être en surpoids, que leurs camarades qui sont davantage gardés par leurs parents ou une nourrice.
Selon le Dr Tanskanen, c’est parce que les grands-parents – et en particulier les grands-mères -auraient une nette tendance à vouloir « stimuler les chances de survie des enfants » en leur donnant plus de nourriture et de « douceurs », sorte d’ « instinct naturel » contre lequel ils auraient beaucoup de mal à lutter.

les derniers articles Psycho & Bien-être