#Janette bien dans sa tête | #Psycho & Bien-être

Comment mieux m’aimer?

par Claudine Boulanger-Pic

21 décembre 2021

L’estime de soi est, en psychologie, un terme désignant l’évaluation faite par un individu de sa propre valeur. Janette vous aide à replacer le curseur!

La vie est faite de relations : relations sociales, relations professionnelles, relations familiales, relations sentimentales… Le manque d’estime de soi s’accompagne souvent de timidité, de complexes, d’une dévalorisation générale de l’image de nous-mêmes qui rend difficile le contact avec les autres et cela complique ces relations.

L’attitude des adultes lors notre éducation joue un rôle important dans l’estime de soi. Nos parents nous ont peut-être, sans le vouloir, habituées au perfectionnisme à l’excès ou au contraire dévalorisées.

Etre bien dans votre peau, Janette, c’est être fier de vous, de vos compétences, de vos réalisations, mais aussi de votre potentiel et de vos capacités: apprendre, comprendre, progresser, aimer et l’être en retour, éprouver des émotions d’ordre supérieur (justice, bonté, esthétique…), apprécier vos talents et vos choix.

« Plus vous vous aimez, moins vous êtes comme tout le monde, ce qui vous rend unique. » (Walt Disney)

Il y a des différences subtiles entre le sentiment de compétence – ce que je fais – et l’identité – ce que je suis. Ces deux concepts sont différents et très reliés: l’estime de soi-même s’enracine profondément dans nos succès et nos réalisations, l’estime pour sa personne dans son unicité, son droit à la vie, ses émotions, quelles qu’elles soient. Bref, l’estime de soi puise dans l’amour de soi, la compassion envers soi-même tout autant, sinon plus, que dans la reconnaissance d’autrui pour nos compétences. Bien que cette dernière soit un réconfort inestimable, nous n’avons pas beaucoup de contrôle sur elle. C’est pourquoi il est essentiel de développer par soi-même notre estime de soi.

  • Attention : manquer d’estime de soi et ne pas s’aimer assez peut amener certaines personnes à tomber dans l’excès inverse, à force de travail sur soi. Il faut s’aimer beaucoup, mais celui qui s’aime à la folie peut verser dans le narcissisme. La voie du juste milieu est toujours la meilleure.
  • Attention à ne pas se voir des défauts alors qu’il n’y en a pas ! Même des top- modèles ont ce genre d’état d’âme, et il faut savoir que même si tout le monde se pâme sur une plastique parfaite, la personne en question peut souffrir d’un manque d’estime de soi, du fait d’une image de soi déformée par rapport à la réalité. Sachez que les troubles du comportement alimentaire naissent souvent d’un manque d’estime de soi et d’une image de soi erronée et a pu entraîner vers des dérives anorexiques graves pour s’être crue trop grosse.

S’estimer

  • C’est se faire confiance, croire suffisamment en soi pour oser dire ce que l’on pense, faire ce que l’on croit devoir faire et en assumer sereinement les conséquences. 
  • C’est s’investir dans des buts significatifs. 
  • C’est respecter nos valeurs et gérer notre temps en fonction de ces dernières. 

Tout un programme dont l’application, souvent, reste dans la seule intention, sans descendre dans l’action. Essayez donc de concrétiser des façons de faire et d’agir pour développer des attitudes allant dans le sens de l’estime de soi, car il est toujours possible de s’améliorer, et travailler l’estime de soi peut se faire à tout âge. 

Bref, Janette, si vous ne vous aimez pas suffisamment, il convient de réapprendre à vous apprécier au lieu de vous déprécier sans arrêt. Cela passe par :

  • Accepter les compliments d’autrui par un simple « merci » au lieu de répondre à un « félicitations, c’est super » par un « bof, je trouve que c’est pas si terrible !».
  • Accepter d’avoir nos propres besoins et d’éprouver nos émotions sans qu’elles soient forcément calquées sur les besoins et émotions de l’autre. Accepter la différence.
  • Apprendre à défendre nos droits tout en respectant ceux d’autrui, même s’ils ne sont pas identiques aux nôtres.
  • Savoir dire non lorsque nous ne sommes pas d’accord et ne pas forcément dire oui, juste pour ne pas entrer dans le conflit. (La fleur de Bach Centaurée aide les personnes qui ne savent pas dire « non ».)
  • Utiliser la communication non-violente, soit communiquer en douceur et garder son intégrité. 
  • Accepter de ne pas être parfaite et se dire que personne ne l’est.
  • S’il existe véritablement des manques, notamment au niveau des compétences intellectuelles, redresser la confiance en soi par quelques petits efforts : lire des ouvrages pour améliorer sa culture générale, travailler mémoire et concentration grâce à des exercices de sophrologie, etc.

les derniers articles Janette bien dans sa tête