#Psycho pour le couple | #Psycho & Bien-être

Parler ou faire l’amour… faut-il choisir?

par Sophie Pilcer

16 mars 2017

« Parlez-moi d’amour, dites moi des choses tendres… je vous aime… »

On la connaît la chanson, ou on croit la connaître. Les femmes ont besoin de mots d’amour et les hommes, pas très doués à cet exercice -ou quand ils le sont, suspectés d’embobinage malhonnête en vue de besogner leur dulcinée le plus rapidement possible – content aujourd’hui fleurette via des e-mails flatteurs et séducteurs, des textos langoureux et des sextos censés être aphrodisiaques et plus déclencheurs d’extase que notre bon vieux point de Grafenberg…

Bref, on clique et on titille son iPhone ou son Mac. Et on fait tout cela en silence. Quant à Janette, elle attend… Elle attend l’espoir d’un divin phallus silencieux… Erreur totale Messieurs! Elle attend que son Jano s’attarde sur une zone érogène très sensible, mais trop souvent méconnue de nos amis les mâles, la plus subtile peut-être pour une femme, celle qui mène au fond d’un vestibule très étroit et très intime : le tympan!
Enfin, rassurez-moi, je ne vous apprends rien!

Ne vous êtes-vous jamais demandé pourquoi une femme peut tomber amoureuse d’un chanteur dont elle ne comprend pas un mot des paroles de sa chanson? Pourquoi certaines vont même jusqu’à s’évanouir en plein concert, semblant mimer l’orgasme à l’approche d’un chanteur dégoulinant, maniéré et à la calvitie naissante camouflée d’une surdose de Terracotta? Cette fois la clef n’est pas l’hyper sensibilité de notre clitoris, mais notre performance auditivo-sexuelle.
Si vous avez négligé l’ouïe de votre Janette, il est encore temps de l’activer. Mais attention, on ne dit pas n’importe quoi n’importe quand. Il y a des règles très précises à respecter. En effet, si lors d’un dîner aux chandelles vous lui susurrez les mots du dernier film porno visionné et en particulier ceux de la scène finale à savoir (pour rappel) de la grande partouze généralisée, vous risquez de ne pas pouvoir terminer votre dessert… A ce moment de la parade, elle attend que vous lui parliez d’elle, de vous et de votre couple. Si vous n’êtes pas très à l’aise avec les mots,a vouez-lui, votre maladresse la touchera. Elle prendra cela pour de l’émotion. Tout est bon sauf de croire que le silence est un sex-toy!

Mais pour commencer, exercice 1
Entraînez-vous à lui faire des compliments. Vous trouverez votre inspiration dans toute comédie romantique américaine pour ados de plus de douze ans. Quant à vous, Janette, n’oubliez pas le pouvoir érotique de votre voix, de vos soupirs, de votre respiration… Tout ce qui a trait à votre oralité, ils aimeront…

Avec vous, chère Janette, nous irons directement à l’exercice 2
La séduction, vous savez faire. Votre blocage verbal commence au passage de la position horizontale. Si votre voix est pour Jano un délicieux stimulant érotique, osez enfin dire ce que vous aimez, là où vous aimez être caressée, mordillée, léchée ou pas… Sans vos mots, il ne devinera pas vos préférences et risque de zapper ce pli caché entre votre sexe et votre cuisse qui provoque tant d’excitation et qu’il s’évertue à contourner systématiquement pour aller droit au but! Apprenez-lui, dites-lui que tout votre corps est une zone érogène et amenez-le (gentiment, je précise) à comprendre que les seins et le sexe ne peuvent pas être l’unique voie des préliminaires.
Soyez-en convaincue: le sexe n’est ni instinctif ni naturel, il a besoin de mots, de paroles. Oui, on peut parler et faire l’amour. Non, l’obscurité et le silence ne pimenteront pas votre sexualité mais risqueraient d’entraîner un profond ennui…

Alors, l’exercice 3 peut commencer
Après les compliments, les commentaires, passons aux mots coquins. Dire ses fantasmes, dire ces mots interdits au quotidien sous peine de machisme primaire sera peut-être ce supplément d’excitation dont vous n’avez jamais osé parler.
Concrètement, au moment de la montée de l’excitation, dire à sa compagne que vous avez beaucoup aimé son navarin d’agneau et qu’elle est une merveilleuse cuisinière n’entraînera pas l’extase, en revanche c’est peut-être le bon moment pour employer des mots un peu plus crus. Le classique répertoire de « cochonne » et « salope » n’est pas la panacée et peut être enrichi et réinventé par votre imagination débordante. Et pourquoi ne pas inventer un sympathique scénario de triolisme? Non, pas avec les voisine évidemment, et surtout ne lui rappelez pas le lendemain matin combien elle a été excitée par le scénario glauque que vous avez inventé tous les deux. Se raconter des histoires érotiques dont vous devenez le héros pimentera à merveille votre coït du samedi soir, certes? Mais un conseil: laissez vos scénarii et personnages érotiques dans votre lit! Inutile et mal venu de les amener au petit déjeuner le lendemain matin avec un grand sourire moqueur.
Tact et subtilité seront les meilleurs alliés de l’élaboration de votre sexualité inventive et coquine! Si vous n’avez pas d’imagination, c’est le moment d’investir dans la commande d’ouvrages érotiques à lire seul(e) ou à deux, sans modération!

Par Sophie Pilcer, sexologue
Illustration – Salvador Dali « Burning giraffes and telephones »

les derniers articles Psycho pour le couple

picto catégorie post
#Psycho pour le couple | #Psycho & Bien-être

Les compromis dans le couple, jusqu’où ?

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Psycho pour le couple | #Psycho & Bien-être

Pourquoi il ne veut pas entendre parler du mariage ?

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Psycho pour le couple | #Psycho & Bien-être

Les vacances, seule ou en couple ? Même saveur ?

LIRE LA SUITE