#Janette bien dans sa tête | #Psycho & Bien-être

Comment réussir les fêtes de fin d’année ?

par Claudine Boulanger-Pic

16 décembre 2022

La féérie des fêtes de fin d’année, la magie de Noël, la joie de se retrouver en famille, entre amis et de gâter ses proches… bref, le rêve ! Un rêve qui semble pourtant n’avoir l’effet escompté que dans les publicités. En effet, si l’on en croit les récentes études sur le sujet, le cœur n’y est pas du côté des Français.

Les femmes sont celles qui avouent être les plus stressées. Et pour cause, ce sont souvent elles qui sont chargées des achats de cadeaux, des courses alimentaires, de la préparation des repas, de l’organisation des fêtes et de la gestion des enfants… Outre ce stress lié à l’organisation en tant que telle, c’est aussi le fait de devoir dépenser beaucoup d’argent qui stresse. Elles sont nombreuses à angoisser les Janette…

Alors que faire ? Souffrir en silence pour ne pas dire ce que tout le monde pense tout bas ? Ce n’est évidemment pas la solution, Janette. Les fêtes de fin d’année restent tout de même un événement culturel marquant alors autant tout faire pour se sentir confiante. Pour y parvenir, une méthode simple et rapide peut aider : la relaxation. Quand vous sentez le stress monter en vous, avant d’entrer dans une boutique par exemple, en vérifiant le timing ou en faisant vos comptes, prenez deux minutes pour respirer à fond. Concrètement, bouchez l’une de vos narines avec votre pouce, avec l’index appliquez une légère pression sur le front et posez votre auriculaire sur la joue opposée. Respirez 3 fois à fond en fermant les yeux. Puis inversez avec l’autre narine et l’autre main. Plus détendue, vous ferez de meilleurs choix.

Beaucoup d’entre nous ignorent ou oublient que, pendant les fêtes, se rejouent quasi tous les conflits passés en famille et entre amis. Règlements de compte, reproches à peine voilés… et une fête peut vite tourner au pugilat.

Cette année, les bonnes résolutions s’imposent. Janette ne souhaite pas que la fête ait le goût amer de l’an passé ;  pour ne pas répéter ce mauvais scénario, elle applique ces 4 règles d’or :

  • Janette ne lave pas son linge sale en public

Un lourd passif avec tante Juliette ? L’envie démange Janette de lui régler son compte entre la dinde et le fromage. Eh bien non ! Elle évite de jouer les saboteurs et d’aborder les sujets qui fâchent sous peine de devenir persona non grata et ne plus être invitée ultérieurement. Critiquer une personne en public est une humiliation qui sonne comme une déclaration de guerre. Alors Janette temporisera et exprimera ses désaccords après les fêtes en prenant la personne à part…. ou pas, c’est un choix qui n’appartient qu’à elle. Et pendant les fêtes, elle évite soigneusement la tata. 

  • Janette évite d’interpréter

Si belle-maman insiste lourdement : « Tu reprendras bien un peu de dinde ? » (foutue dinde !…non, pauvre dinde !), trois types de réactions s’offrent à Janette : première option, elle reçoit cette question à priori innocente au premier degré et elle laisse parler son estomac ; deuxième option, elle s’interroge sur le sens caché de la question et cuisine la belle-mère pour qu’elle précise le fond de sa pensée ; troisième option, elle prend la mouche et  envoie valser le reste de petits pois, « Dis que je suis une goinfre ! »

Bien entendu, la solution la plus sage pour des fêtes harmonieuses est de ne pas interpréter ce qui est dit et de ne pas chercher de sous-entendu derrière chaque phrase ambigüe. S’il y a un point à éclaircir, Janette en reparlera une autre fois dans un autre contexte. Et s’il y a vraiment une allusion ou un sous-entendu, Janette intelligente, fait comme si elle ne l’avait pas deviné, ainsi elle se protège des provocateurs qui flairent les Janette trop émotives !

  • Janette ne tombe pas dans le piège de l’émotion

Agressée verbalement Janette apprend à ne plus exploser comme une cocotte minute. Face à une remarque désobligeante, elle est plus maligne et ne répond pas à la provocation. S’exprimer sous le coup de l’émotion (et peut-être de l’alcool) est le meilleur moyen d’aller au clash. Janette fait descendre sa température émotionnelle avant de répondre. Elle va prendre l’air, elle respire un bon coup et s’exprime calmement quand l’atmosphère devient plus propice à l’échange. Mais, dans ce cas là aussi, Janette peut choisir de ne pas entendre la remarque désobligeante, juste regarder son interlocuteur avec un petit sourire, ce qui le vexera.  C’est selon !

  • Janette évite de vouloir avoir le dernier mot

Piège dans lequel elle saute toujours à pieds joints : cette fâcheuse tendance à renchérir à chaque remarque (désagréable) lancée par quelqu’un. Rien de tel pour gâter un peu plus le réveillon. L’an dernier, cela lui a valu une indigestion, de rage elle avait avalé la moitié des chocolats présentés sur la table. Là aussi, le mieux est de ne pas réagir si un mot de travers est prononcé ; vouloir avoir à tout prix le dernier mot n’apporte rien, si ce n’est de défendre injustement un ego blessé. 

Bonnes fêtes de fin d’année

NB : fêtes qui ne sont pas obligatoires. Janette peut aussi décider d’être sage et de cocooner seule ou à plusieurs. Janette sait choisir et assumer !

les derniers articles Janette bien dans sa tête

picto catégorie post
#Janette bien dans sa tête | #Psycho & Bien-être

L’addiction virtuelle, c’est quoi ? Un nouveau risque d’épuisement professionnel et personnel ?

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Janette bien dans son corps | #Janette bien dans sa tête | #Psycho & Bien-être

Les affirmations positives : celles qui balaient votre petite voix négative

LIRE LA SUITE