#Janette bien dans sa tête | #Psycho pour le couple | #Psycho & Bien-être

[C’est dans le mag] Sexperte! Désir quand tu nous tiens, ou plutôt quand tu nous lâches

par Sophie Pilcer

24 août 2015

Chère lectrice, vous avez aimé et désiré votre homme, c’est certain! Mais aujourd’hui quand il rentre, en fin de journée, on ne peut pas dire que le bruit de la clef dans la serrure vous bouleverse et déclenche une irrépressible envie de lui arracher sa chemise et de faire l’amour entre la porte et cette horrible console Louis XV offerte par votre belle-mère.

Et oui! Nous le savons toutes, le pire ennemi de notre désir, c’est le temps qui passe et qui a transformé votre prince charmant en un triste crapaud, dont la présence quotidienne a émoussé nos envies, réduit la passion à de l’ennui sexuel; toujours la même personne, le même corps, les mêmes gestes (non, le coït ne sert pas à penser à sa liste de courses)…

Votre désir ne fonctionne pas comme l’érection de votre partenaire. Ce n’est pas non plus un réflexe pavlovien, qui n’aurait besoin comme seule stimulation que de la vue de l’être aimé. Au contraire, à la vue de votre homme en pyjama pilou, regardant les Experts, les charentaises aux pieds et les mains où vous savez, vous n’avez qu’une envie : rejoindre Morphée au plus vite, d’autant que le réveil sonne à 6 heures. Alors morose et culpabilisée, vous vous dites « je n’ai pas de désir, je ne suis pas normale, je n’ai pas autant de besoin sexuel que mon partenaire. »

Besoin sexuel. Le mot est lâché. Certains appellent cela l’appétit sexuel, mettant ainsi arbitrairement le sexe au rang de besoins de l’organisme en vous rendant de plus en plus angoissée du manque de ce désir sexuel.
Non, le sexe n’a rien à voir avec la faim et la soif, et au risque de déplaire à certains, nous pouvons affirmer qu’il n’est pas un besoin vital. Et pourtant, certains hommes ne supportant pas la frustration de leurs désirs vous ont fait croire cela. Il est temps de combattre cette fausse croyance que le sexe est un besoin en faisant l’amalgame entre sexe et nécessité vitale. En réalité, et surtout pour vous, mesdames, il est une représentation psychique, un pur produit de l’imaginaire. Le sexe, ou plutôt la sexualité est à inventer, à créer par vos fantasmes, par tout ce qui peut nourrir votre érotisme. L’érotisme étant étymologiquement ce qui crée le désir. Point de désir sans la création d’un climat, d’un cadre érotique. Bref, vous devez devenir une actrice de théâtre, et rentrer dans l’érotisme comme on entre sur une scène, belle, séduisante, une autre, déguisée, dans un cadre propice à vous donner envie.

Ne lésinez sur rien! Tout compte, comme au théâtre la magie est dans le détail, et comme au théâtre tout est permis, on houe, on y croit… Autorisez-vous à être cette femme sublime dont vous pensez qu’elle est l’incarnation de l’excitation sexuelle… marquise, soumise, esclave, voire maîtresse… Soyez celle de vos fantasmes et de vos scénarios érotiques les plus inavouables… Osez être cela dans les bras de votre homme! C’est cette imagination qui vous donnera de l’excitation sexuelle, si il est prêt à partager cet imaginaire, ces fantasmes avec vous, et avec des mots qui vous mettront en émoi, tant mieux pour vous. Sinon pensez à tout cela à surtout n’allez pas imaginer que pensez à une homme, une femme ou une situation coquine, est une trahison. Bien au contraire, c’est la condition sine qua non pour combattre l’usure du temps et retrouver du désir ou plutôt une excitation sexuelle.
Parce que très souvent, ma chère Janette, ce qu’il vous manque pour faire l’amour, c’est l’excitation et non pas le désir. L’excitation sexuelle, c’est ce qui vous permet de lâcher le quotidien, de vous rendre disponible, ouverte à la possibilité de jouir.

Texte par Sophie Pilcer, sexologue
Illustration – Botero

les derniers articles Janette bien dans sa tête