#Actualités | #Janette, toujours au fait

50e anniversaire de l’HORESCA Luxembourg

par Elodie Lambion

15 juin 2022

Hier soir, le Cercle Cité était placé sous le signe de l’Horeca en accueillant le 50e anniversaire de l’HORESCA, avec deux ans de retard à cause de la pandémie. L’occasion était trop belle, chez Janette, nous avons décidé de vous informer sur les missions de l’HORESCA, mais surtout de partager, avec vous, quelques anecdotes liées à l’histoire luxembourgeoise que nous avons apprises grâce à cet événement !

Missions HORESCA?

Le ministre du Tourisme, Lex DELLES, définit l’HORESCA comme étant « le porte-parole, l’interlocuteur officiel qui se charge de défendre les intérêts des entreprises du secteur Horeca » et c’est tout à fait cela ! Néanmoins, la fédération ne se limite pas uniquement à cet engagement. En effet, elle accompagne et conseille les entreprises au niveau juridique et technique, elle veille à la pérennité et la prospérité des commerces Horeca luxembourgeois, elle est active dans l’élaboration de programmes scolaires destinés aux personnels oeuvrant dans ce domaine et avec la collaboration du Ministère du Tourisme, elle attribue le nombre d’étoiles à chaque hôtel en suivant la classification HSU. C’est incontestablement une béquille sur laquelle les restaurateurs peuvent s’appuyer en cas de difficultés. La devise de la fédération, qui a une résonance encore plus particulière depuis le covid, se veut rassembleuse : « L’union fait la force ! »

Lors de ce 50e anniversaire, c’était également l’occasion de rappeler la place primordiale des hôtels, des restaurants, des cafés dans notre société et surtout, dans la cohésion sociale. En effet, dans ces lieux, nous passons tous des soirées inoubliables où des liens se tissent, où nous pouvons partager nos espoirs ou nos frustrations.

Raconte-nous une histoire…

Pour célébrer dignement son anniversaire, l’HORESCA a retracé l’histoire et l’évolution de l’hôtellerie, de la restauration, des cafés au coeur du Grand-Duché. Parmi toutes les anecdotes dévoilées, nous avons sélectionné les 10 plus rafraichissantes qui seront susceptibles de vous amuser, de vous étonner, de vous intéresser et surtout d’être répétées !

  • À l’époque de l’ouverture du viaduc, en 1861, la nuit, les portes de la ville étaient fermées et la Porte Henri donnait uniquement accès à la gare durant la journée. De ce fait, plusieurs hôtels étaient situés à proximité des Porte Neuve et Porte Henri.
  • Dans les restaurants, les tables séparées et cloisonnées ne sont apparues qu’à partir des années 1875. Avant cette période, tous les clients s’attablaient ensemble et les buffets froids étaient en vigueur, car ils correspondaient à la demande des clients qui était de manger à toute heure.
  • Le menu du jour était également proposé en soirée et le week-end. La différence entre celui du midi et du soir, c’est qu’au déjeuner, le principal critère, c’était le prix fixe tandis qu’en soirée, les restaurateurs assuraient l’élaboration de plats typiquement luxembourgeois.
  • Pour répondre à une clientèle active et de plus en plus pressée, le concept des « snack-bars restaurants » a vu le jour en 1968.
  • La tendance liée aux bars à cocktails date de la fin des années 1960.
  • Jusqu’à la fin des années 1960, la capitale contenait de nombreux cafés qui pouvaient être perçus comme des « clubhouses ».
  • C’est au XIXe siècle que les premières terrasses apparaissent grâce à l’aménagement de la voirie. Déjà à l’époque, elles étaient le lieu de rendez-vous, après le travail, de ceux qui désiraient échanger sur divers sujets, vivre tout simplement d’agréables moments. Comme quoi, cela n’a guère changé au fil des années.
  • Au niveau des boissons alcoolisées, à cause des contrôles de police et des nouvelles normes sociales, ce sont celles possédant un taux d’alcool élevé, qui ont perdu de leur superbe durant les dernières décennies. 
  • Le 20 mars 1967, la star américaine, Jimi Hendrix et son groupe auraient joué au Charly’s Bar après une interview par Radio Luxembourg, mais cela n’aurait duré que 15 minutes, car le public luxembourgeois n’aurait pas adhéré à ce style musical, très hors du commun à l’époque ! Ils ont sûrement été plus d’un à le regretter ! 
  • C’est en 1991 que la France a autorisé le Luxembourg à produire ce mousseux devenu emblématique : le Crémant de Luxembourg.

Chères Janette, comme vous pouvez le constater, au fil du temps, les commerces Horeca ont adapté leurs pratiques en fonction de la société, c’est-à-dire de nous. Des changements et des évolutions ont lieu constamment et c’est la raison pour laquelle le secteur doit fréquemment se réinventer pour combler nos attentes. La seule chose qui n’a pas changé, malgré le temps, c’est le fait que nous passons toujours des aussi beaux moments dans ces lieux remplis de convivialité !