#Janette bien dans sa tête | #Psycho & Bien-être | #Psycho au travail | #Les conseils de Supermaman | #Janette, toujours au fait

Vie pro et vie perso : certaines femmes pensent qu’il faut choisir

par Céline Molitor

8 mars 2022

Janette, vous aussi, vous souhaitez mener de front une vie professionnelle épanouissante et une vie personnelle époustouflante ? Vous pensez que cela n’est pas possible et cherchez activement une manière de combiner les deux ?

Sachez que c’est possible ! Aujourd’hui, on se retrousse les manches, on jette une bonne fois pour toute aux oubliettes les croyances limitantes, le regard des autres, on cesse d’être gentille et on devient vrai. On assume qu’on est complètement capable d’endosser les deux rôles et avec brio de surcroit. Être une businesswoman active et une maman dévouée tout cela, en une seule femme, c’est réaliste ! Mais, avant toute chose, vous devez y croire. Voici donc quelques pistes pour vous y aider.

Stop au non-débat : mère ou professionnelle

Janette, commencez dès aujourd’hui à assumer pleinement qui vous êtes ! Oui, vous avez des enfants, et donc, peut-être, plus de craintes. Mais, à côté de ça, vous regorgez d’idées et souhaitez plus que tout faire évoluer les choses au sein de votre entreprise. « Les enfants et la famille font partie intégrante de la vie des femmes. Concilier un métier intéressant et une vie de famille est tout à fait possible, à partir du moment où l’on est au clair avec soi-même, avec son employeur… et avec ses enfants », recommande d’emblée Christine Pruvost, consultante au sein du cabinet de chasse Stanton Chase. On ne vous demande donc pas de vous inventer une vie de célibataire dépressive à la Bridget Jones, mais on ne vous demande pas non plus de rentrer dans les moindres détails du pourquoi du comment vous posez un jour de congé parce qu’un de vos enfants à le nez qui coule depuis plus de quatre heures.

Soyez orientée résultats

Pensez à davantage attirer l’attention de votre employeur sur vos résultats et donc vos succès que sur votre temps de travail. Trop souvent, par peur d’être jugée vous sur-jouez. C’est un peu comme pour votre look : vous avez tellement envie de cacher tel ou tel défaut que vous finissez par en faire des tonnes et au bout du compte, vous parvenez à attirer l’œil de vos interlocuteurs uniquement sur vos défauts.

Non, avoir des enfants n’est pas néfaste pour votre travail. Au contraire. Les femmes sont plus efficaces sur le résultat. Il est alors essentiel que les choses soient claires concernant vos méthodes et votre engagement.

Osez poser vos limites

Les réunions sont systématiquement tard le soir ? Pourquoi ne pas faire comme cette associée d’un cabinet de conseil qui a proposé des réunions à 23 heures à ses collègues hommes. « Elle a expliqué que c’était l’heure à laquelle elle se reconnectait de chez elle pour continuer à travailler après s’être occupée de ses enfants. Ce pari risqué a fonctionné, les horaires de réunion ont été avancés », relate Christine Pruvost.

Quand votre boss vous dit : « il n’y a que vous qui puissiez le faire », comprenez « vous êtes la seule qui ne me dira pas non ». Dans ce cas, à vous de proposer de dispatcher la somme de travail sur plusieurs personnes ou de reporter l’échéance. C’est en apportant des alternatives que l’on obtient ce que l’on veut. Donc répondez : « je comprends votre besoin et si on procédait de telle manière ». Il faut être capable de placer le curseur là où on le souhaite. L’objectif est donc d’apprendre à savoir dire oui… mais parfois à autre chose.

Adoptez un nouvel angle de vue sur votre emploi du temps

Vu que vous devez gérer plusieurs vies de front, vous fonctionnez en silo. Autrement dit, quand vous êtes au travail, vous ne faites que ça. Si vous devez par exemple partir à 16h30 pour aller voir les prouesses de votre ainé au karaté, vous prévenez plusieurs semaines à l’avance de votre absence. Le matin même, vous le répétez à qui voudra l’entendre et pour finir, poussée par la culpabilité, vous accomplirez en une journée des tâches que vous auriez réalisées en trois jours. Cessez de vous sentir en infraction dès que vous faites des choses personnelles sur votre temps de travail. Gérer votre temps de manière linéaire et reprenez plus tard le soir si nécessaire. Vous y gagnerez à moins segmenter.

Enfin, apprenez à vous chouchouter

Lorsqu’on demande aux femmes ce qui est le plus important pour elles, celles-ci répondent en général d’abord la famille puis le travail. Rarement, elles pensent à elles. Or avoir une bulle de décompression (sport, balades, sorties, etc.) est essentiel pour lever « la tête du guidon » et ainsi pouvoir appréhender les évènements sous un nouvel angle et donc être capable d’envisager sereinement le futur.

Évidemment, il ne suffit pas d’appliquer à la lettre tous ces conseils pour solutionner le problème des carrières des femmes. S’il y avait une solution miracle, ça se saurait. Mais le simple fait de s’interroger sur son mode de vie, ses envies, ses besoins, ses marges de manœuvre, va enclencher une réflexion vertueuse. Et un jour peut-être, le débat n’aura plus lieu d’être.

les derniers articles Janette bien dans sa tête