#Psycho & Bien-être | #Psycho au travail

Venir à bout du syndrome de l’imposteur

par Céline Molitor

29 mars 2020

Avez-vous déjà eu l’impression de ne pas mériter votre succès ? De vous dire que les efforts déployés pour atteindre vos objectifs vous semblaient, à bien y regarder, insuffisants ? Pensez-vous parfois, voire souvent, que vos idées ne sont pas dignes d’intérêt ? Avez-vous la sensation que, lorsque vous êtes invitée à une réunion, vous ne servez à rien ? Figurez vous que ce sentiment porte un nom : le syndrome de l’imposteur…

Les mécanismes psychologiques en jeu

Les personnes qui souffrent du syndrome de l’imposteur expriment un doute prononcé qui les empêche de reconnaître leurs compétences et leurs réalisations personnelles.

Ces personnes ont l’impression de ne pas mériter leur place, particulièrement au travail.

Elles vont même jusqu’à attribuer les succès qu’elles obtiennent non pas à elles-mêmes mais à des facteurs extérieurs, comme leurs relations, leur quantité de travail, le fait d’être bien vue et même un contexte particulier comme la chance !

C’est de là que vient l’impression d’imposture. Les personnes qui en souffrent ont, quelques fois même l’impression de duper les autres et de ne pas mériter leur place.

La société joue-t-elle un rôle dans ces mécanismes psychologiques ? 

Oui. Pour exister, pour être heureux, pour être reconnu, nous devons être les meilleurs, les plus intelligents, les plus riches, les plus performants, les plus admirés, etc.

Si l’on suit la logique de ce diktat social, nous devons absolument avoir toutes les bonnes compétences pour prétendre être qui nous sommes et faire ce que nous faisons.

Il est certain qu’avec ce genre de message, il peut être bien difficile de trouver sa juste place. 

Sortir du syndrome de l’imposteur 

Reconnaître les comportements typiques du syndrome de l’imposteur  

Vous avez tendance à minimiser votre impact quand vous recevez des compliments pour le travail effectué : « Oh, tu sais, je n’ai fait que mon boulot, hein, il n’y a pas de quoi en faire toute une histoire ! Et puis c’est le travail de toute une équipe… »

Le perfectionnisme est devenu votre meilleur ami afin de masquer vos « incompétences ».

Vous doutez de vous-même lorsqu’on vous propose une promotion, et allez même jusqu’à refuser : « Tu crois que je peux y arriver ? Cela me semble beaucoup plus difficile et compliqué… Jusqu’à présent j’ai eu de la chance, mais là… »

Vous avez dépensé des milliers d’euros dans des formations de manière exagérée : « après ma 10ème formation en coaching, peut-être que maintenant je me sens prête à me lancer… »

Vous avez peur de vous dévoiler : parler devant un auditoire, discuter avec les grands directeurs de leur société, etc.

Si ces caractéristiques vous parlent, plus de doute ! Vous souffrez du syndrome de l’imposteur. 

Les solutions 

Communiquer 

Bien que cela puisse paraître simple, de nombreuses personnes hésitent à partager ce qu’elles ressentent car elles craignent que les réactions extérieures confirment leurs craintes. Pourtant, partager ce sentiment permet de soulager la souffrance et de se sentir moins seule.

Soyez positive ! 

Cessez de vous focaliser sans arrêt sur le négatif et ouvrez-vous au positif ! Chaque jour, récoltez tout ce qui vous est arrivé, tout ce que l’on vous a dit de positif dans votre journée. Ce faisant, vous ouvrez votre esprit aux nouveaux schémas de pensées. 

Partager vos émotions 

Les expériences et difficultés communes aident à voir les évènements sous un autre angle. En effet, si dans une situation vous vous sentiez incompétente, il se peut que d’autres de vos collègues aient ressenti la même chose. Ce partage des émotions vous permet de passer outre les difficultés. 

Le syndrome de l’imposteur est légion en entreprise, pouvoir l’identifier et travailler dessus est primordial pour un épanouissement professionnel. 

Photo: braydon-anderson-unsplash

les derniers articles Psycho & Bien-être