#Rencontres | #Janette, toujours au fait

Rencontre avec Chloé Nesh, compositrice émérite en devenir

par Elodie Lambion

13 décembre 2022

Jonglant entre des études de droit et une passion dévorante pour la musique, à seulement 19 ans, la jeune Luxembourgeoise, Chloé Nesh, nous raconte le parcours qui l’a menée à voir sa propre composition « Little Warrior » choisie pour apparaitre dans un film documentaire américain. De ses cours à la Déifferdenger Museksschoul, à sa prof Claire Parsons en passant par le jazz, le chemin parcouru présage un avenir prometteur.

Depuis quand la musique fait-elle partie intégrante de votre vie ?
À l’âge de 6 ans, j’ai débuté le violon au conservatoire d’Esch-sur-Alzette avant de me tourner vers le piano. À 12 ans, j’ai commencé à chanter. C’est Claire Parsons, ma prof de chant, qui m’a montré comment écrire une mélodie, une chanson, qui m’a appris à apprivoiser ma voix grave, qui m’a initiée au jazz. Elle occupe une place importante dans ma vie, car elle m’accompagne depuis que je suis très jeune. Moi qui étais timide, qui me cachais derrière mon instrument, elle m’a appris à être sur le devant de la scène. C’est grâce à son aide qu’à l’âge de 15 ans, j’ai composé « Little Warrior ». La chanson est sortie il y a deux ans maintenant. C’est notamment grâce à la Déifferdenger Museksschoul que j’ai pu l’enregistrer. Cette école est très ouverte, nous sommes vraiment libres d’avoir nos propres projets. Cette grande ouverture amène de nombreuses possibilités.

Qu’affectionnez-vous particulièrement dans le jazz ?
Le jazz, c’est très complexe. Ce que j’adore, c’est qu’il laisse place à l’improvisation puisqu’il peut être interprété différemment. C’est très libre, cela continue sans cesse d’évoluer.

Comment avez-vous vécu votre première expérience à la Rockhal ?
C’était beaucoup de pression, j’avais peur, car je ne voulais pas décevoir. Je n’ai aucun regret. C’était la première fois que je voyais la réaction du public en direct, c’était très impressionnant, mais surtout particulièrement enrichissant.

Le titre « Little Warrior » est une de vos compositions personnelles ? Préférez-vous interpréter ou composer ?
Interpréter, c’est plus facile, car on véhicule moins d’émotions personnelles, on prend davantage de recul. Composer, cela demande du temps, du travail, cela me représente réellement, c’est moi tout simplement. Les émotions sont d’ailleurs plus intenses.

Le clip de ce titre a récemment été mis en ligne. Pouvez-vous nous en dire davantage sur celui-ci ? 

Nous l’avons tourné durant trois jours dans un château abandonné dans le nord du Luxembourg. J’étais accompagnée de danseuses belges. Le réalisateur a directement compris ce que je voulais : mon objectif étant que les paroles prennent sens.

Que peut-on vous souhaiter pour 2023 ?

De continuer à écrire, à composer, car j’avoue que j’ai une préférence pour la composition plutôt que la scène.

Retrouvez le titre « Little Warrior » de Chloé Nesh sur YouTube et Spotify.

les derniers articles Rencontres

picto catégorie post
#Rencontres | #Culture & Évasion | #Janette, toujours au fait | #Sorties au Luxembourg

Rencontre avec Miriam Rosner : le fil d'une création poétique

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Rencontres | #Janette, toujours au fait

Rencontre avec Gaëlle Bracker, la force de surmonter

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Rencontres | #Janette, toujours au fait

Rencontre avec Rose, nuances de Rose

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Rencontres | #Culture & Évasion | #Janette, toujours au fait | #Sorties au Luxembourg

Rencontre avec Gilliane Warzée, une artiste qui révèle, réveille la force des femmes

LIRE LA SUITE