#Culture & Évasion | #La bibliothèque de Janette

« Objet de toutes les convoitises »

par Charles Demoulin

1 novembre 2020

Les accros à l’œuvre de Françoise Bourdin, et à qui cet ouvrage paru en 2004 aurait pu échapper, vont être à la fête puisque Belfond a décidé de rééditer ce roman que de nombreux critiques, à l’époque, décrivaient comme un roman polyphonique aux frontières de l’intime à lire sans modération. C’est vrai que son sujet, qui traite de l’homosexualité et des rapports sentimentaux sur les lieux de travail, est pour le moins original. Sans oublier, cerise sur le gâteau, le milieu très fermé dans lequel cette histoire d’amour non conventionnelle baigne : celui de l’aristocratie anglaise. ‘My God !’

À 35 ans, Alexander Leander, comte de Donagh, est un aristo, non seulement pure souche, mais également accompli. Devenu l’un des avocats d’affaires les plus recherchés de Londres, il a, qui plus est, à la mort de son grand-père, hérité de l’immense fortune familiale. Et comme si cela ne suffisait pas, notre homme exerce un attrait irrésistible sur tous ceux qui l’entourent.

Indéniable charmeur à l’élégance rare, considéré comme l’un des hommes les plus courus de la ‘City’, il est à la fois craint et admiré de tous. Il n’empêche que derrière ce modèle de rigueur et de flegme se cache une nature plus que passionnée. Si son idylle avec Dimitri, un danseur étoile, nourrit les pages people des magazines, il faut savoir qu’aujourd’hui, Alexander s’est épris, en secret, de Mark, son jeune associé. Un homme pourtant hyper heureux avec Joyce, sa jeune épouse. Pourquoi, dès lors, Mark céderait-il à cet improbable coup de cœur ? Va s’engager alors un ballet de sentiments vertigineux entre ces différents personnages. Car Dimitri, Mark et Joyce, totalement envoûtés par ce personnage hors du commun, vont devoir lutter contre les violents soubresauts de cet amour attractif. Ce jusqu’au jour de Noël où ils vont tous se retrouver sur la même scène, qu’Alexander se fasse enfin entendre, et que les masques tombent un à un.

C’est le genre de bouquin où l’on est triste d’arriver à la dernière page, car ici, les mots passion, tromperies, jalousie ou encore manipulations sont abordés avec pudeur et émotion par une Françoise Bourdin qui n’a pas son pareil pour tremper sa plume profondément touchante dans une encre tout en nuances. Même si vous n’êtes pas de ses adeptes, ce livre vaut le détour.