#Actualités | #Janette, toujours au fait

Muse : Annie Cordy fantaisiste multi-talentueuse mais rigoureuse

par Jane Doe

16 juin 2022

Chanteuse, meneuse de revue, actrice de théâtre, de comédies musicales, de cinéma, de téléfilms et de publicités, elle incarnait sur scène et à l’écran, la bonne humeur et la joie de vivre.

« La passion fait la force. »

Annie Cordy

Léonia Juliana Cooreman naît le 16 juin 1928 à Laeken (ville de Bruxelles). Son père Jan Cornelius est menuisier. Sa mère Maria de Leeuw lui transmet le goût de la musique et des chansons. Cette dernière l’inscrit alors qu’elle a 8 ans, à un cours de danse. Elle apprend le piano et le solfège.

Le goût de la chanson

Adolescente, elle commence à danser et à chanter dans des galas de bienfaisance, interprétant les chansons du moment. Elle participe aussi à des radio-crochets et à des concours. Elle reprend des standards américains et se produit au Bœuf sur le Toit à Bruxelles. A 21 ans, Annie est engagée à Paris par le directeur artistique du Lido comme meneuse de revue. Elle prend alors le nom d’Annie Cordy. A 23 ans, elle rencontre François-Henri Bruneau, qui devient son imprésario puis mari en 1958. Entretemps, Annie se lance dans l’opérette aux côtés de Bourvil et de Georges Guétary dans « La route fleurie ». Ses chansons – « Les trois bandits de Napoli », « Fleur de papillon », « La ballade de Davy Crockett » – rencontrent le succès.

Talents multiples

A 24 ans, elle débute au cinéma avec Sacha Guitry (« Si Versailles m’était conté », 1953), Bourvil et Louis de Funès (« Poisson d’avril », 1954) et Henri Salvador (« Bonjour sourire », 1955). La même année, elle chante en vedette à l’Olympia et à Bobino, et reçoit le Grand Prix de l’Académie Charles-Cros pour la chanson « Oh Bessie ».

Les décennies suivantes, elle enchaîne les chansons, tournées françaises et internationales, opérettes et films. En 1972, elle reçoit l’Award de la meilleure show-woman européenne, pour son interprétation de la version française de « Hello, Dolly ! ». Elle se lance également dans le théâtre avec notamment «Madame Sans-Gêne» et « Madame de Sévigné ».

Consécration et anoblissement 

La chanson « La bonne du curé » se vend à 2 millions d’exemplaires et lui vaut un disque d’or en 1974. Elevée au rang de baronne en 2004 par le Roi des Belges Albert II, elle poursuit sa carrière théâtrale et cinématographique, tout en continuant à chanter.
Tout au long de sa carrière, Annie Cordy aura ainsi enregistré plus de 700 chansons, joué dans une dizaine de comédies musicales et d’opérettes, une quarantaine de films, une trentaine de séries et téléfilms, une dizaine de pièces de théâtre et donné près de 10.000 galas. Elle est aussi apparue dans des publicités pour des marques de canapés-lits, de bières, ou encore de parapluies.

Annie Cordy meurt à 92 ans des suites d’un malaise cardiaque, à son domicile de Vallauris, près de Cannes. Interrogée sur sa longévité professionnelle, elle disait : « Les plans de carrière, je n’en ai jamais fait. Je suis passée de la danse à la chanson, de la chanson au cinéma, du cinéma au théâtre, naturellement, sans calculer. En revanche, j’ai toujours fait preuve d’une très grande rigueur. J’ai gardé ça de la danse sans doute. »

Biographie :

  • 16 juin 1928 : naissance de Léonie Cooreman à Laeken, Bruxelles
  • 1er mai 1950 : Elle prend le nom d’Annie Cordy.
  • 1952 : Elle joue aux côtés de Bourvil et de Georges Guétary.
  • 1953 : Elle débute au cinéma avec Sacha Guitry.
  • 1955 : Elle reçoit le Grand prix de l’Académie Charles Cros pour la chanson « Oh Bessie ».
  • 1975 : Elle reçoit l’Award de la meilleure show-woman européenne avec la version française d’ « Hello Dolly! ».
  • 1974 : Sa chanson « La bonne du curé » se vend à près de 2 millions d’exemplaires et devient disque d’or. 
  • 2004 : Elle est anoblie baronne par Albert II, Roi des Belges.
  • 4 septembre 2020 : Elle décède à Vallauris.

Anecdotes :

Le 8 juillet 2018, la ville de Laeken inaugure le parc Annie Cordy. Le 8 mars 2021, son nom est également choisi lors d’une consultation publique, pour renommer le « Tunnel Léopold II » de Bruxelles.

les derniers articles Actualités

picto catégorie post
#Déco & Food | #Actualités | #Tendances food | #Janette, toujours au fait

Le culte de la perfection chez les légumes aussi !

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Actualités | #Culture & Évasion | #Janette, toujours au fait | #Sorties au Luxembourg

Soirée de la Philo : "Faut-il avoir peur du vide?"

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Déco & Food | #Actualités | #Tendances food | #Janette, toujours au fait

Les épices : de notre assiette à notre bien-être !

LIRE LA SUITE