#Culture & Évasion | #La bibliothèque de Janette

Moi, Tina Modotti, heureuse parce que libre

par Charles Demoulin

17 janvier 2020

Cette semaine, Janette vous fait découvrir le livre sélectionné par notre journaliste littérature Charles Demoulin : « Moi, Tina Modotti, heureuse parce que libre » écrit par Gérard de Cortanze chez Albin Michel

 Ce nouveau roman que signe Gérard de Cortanze met à nouveau en exergue un personnage féminin fort et épris de liberté. Personnage ayant existé. Cette femme, que l’on découvre aujourd’hui, se nomme : Tina Modotti.

Une jeune italienne de 17 ans ayant émigré aux États-Unis et ayant choisi San Francisco comme point de chute. Très vite, elle va devenir actrice de théâtre et grande vedette du cinéma muet. À cette époque, elle s’éprendra d’Edward Weston, photographe américain pour le moins célèbre. Toutefois, passionnée d’art, elle partira vivre à Mexico où elle intégrera les milieux intellectuels avant-gardistes. Là, elle se tournera à son tour vers la photographie. Alors qu’elle a pour amant le révolutionnaire cubain Julio Antonio Mella, elle voit ce dernier assassiné sous yeux. Une épreuve qui va la bouleverser à ce point, qu’elle décidera à s’engager dans la lutte politique, devenant du même coup une militante prônant la révolution.

Ce sera à cette époque qu’elle rencontrera Frida Kalho, grande figure de l’art mexicain et de la peinture en particulier. Une artiste célèbre pour ses autoportraits où elle met sa propre souffrance en évidence. Il faut savoir qu’à l’âge de 18 ans, elle fut gravement blessée au dos lors d’un accident de bus. Et comme depuis toute petite elle souffrait de la polio… Pour en revenir Tina, devenue désormais militante, va commencer pour elle une vie d’errance qui la conduira de Berlin à Moscou, de Paris à une Espagne en guerre.

Photographe de génie, femme d’une beauté ravageuse, Tina, surnommée la ‘Mata Hari du Komintern’, aura construit un des destins les plus exceptionnels de son siècle. Et Gérard de Cortanze de se pencher sur le parcours libre et intense de cette femme perpétuellement partagée entre l’art et la vie.