#Culture & Évasion | #La bibliothèque de Janette

“Mes chats”

par Charles Demoulin

16 avril 2021

Actrice – Et la Tendresse ? Bordel -, réalisatrice – Pas d’Amour sans Amour -, auteure – Les Tournesols de Jérusalem, Le Rendez-vous de Rangoon, Les Chemins de Garwolin, Pas d’Amour sans Amour -, librement adapté de son film, Évelyne Dress nous propose ici son sixième ouvrage aux Éditions Glyphe. Un récit de quelques nonante pages, qu’elle dédie au meilleur ami de l’écrivain… le chat.

Depuis le confinement, j’ai pu lire dans nombre de quotidiens, que la situation pour le moins insolite que nous vivons depuis plus d’un an avait amené de nombreuses personnes à prendre, ou à adopter, un animal de compagnie. Chose tout aussi curieuse, sur ces deux derniers mois, des auteurs, masculins ou féminins, ont décidé de tremper leur plume dans l’encrier pour évoquer l’enrichissement qu’ils ont trouvé en fréquentant des… chats. Qu’on se souvienne de ce superbe ‘Dans les yeux de Jade’, présent sur notre site, ou de cette bouffée de pur bonheur respirée dans ‘Le monde selon Nala’, et qui figure dans le N°63 de ‘Janette’. Numéro qui vient juste de sortir. Or, voilà qu’à son tour, Évelyne Dress nous livre, sous forme d’anecdotes truculentes saupoudrées d’un humour ‘câlin’, son ressenti face à ces êtres silencieux, tantôt émouvants et sages, tantôt profonds et rebelles, qui l’ont aidée à panser ses blessures secrètes. Et d’avouer : « Ils méritaient bien que je leur consacre quelques lignes. »

À la lire, il est évident qu’elle aime les chats. Répercutant ici la relation qu’elle a eue avec plusieurs de ces félins qui ont traversé sa vie, elle s’attarde tout d’abord à ‘Clitoris’, l’adorable chaton blanc qui l’accompagnait dans ‘Et la Tendresse ? Bordel !’. Vient ensuite Minouche ou Minouchette, le chat de son enfance. Un amour de chat qu’elle perdit à jamais lors d’un arrêt routier, et suite à un caprice de sa sœur cadette. Dès lors, elle ne voulut  jamais plus reprendre un chat. Quant à Philomène, Prince Igor, Hector, des chats qui ont arpenté sa vie, ils n’ont été que de passage. Mais quel passage !

Vous allez miauler de plaisir, car chaque chat est unique en son genre, et c’est lui qui apprivoise son maître et non l’inverse. Évelyne Dress nous le démontre avec une incroyable sensibilité.

les derniers articles Culture & Évasion