#Culture & Évasion | #La bibliothèque de Janette

“Les sœurs Van Apfel ont disparu”

par Charles Demoulin

31 mai 2020

Voilà réellement quand commença cette histoire. C’est vrai qu’il y a longtemps de cela. L’été commençait tout juste à darder ses premiers rayons bienfaisants. Et à cette époque, Cordelia Van Apfel n’avait pas encore disparu. C’était une fille très jolie, douce, mais fantasque et somnambule à ses heures… Et Felicity McLean de nous raconter, aux Presses de la Cité, ce récit subtilement échafaudé, qui évoque la disparition des trois sœurs Van Apfel.

Nous sommes en 1992. Dans une banlieue très éloignée de Sydney. Un petit coin d’Australie à la lisière du bush, cette formation végétale adaptée à la sécheresse, et constituée d’arbustes serrés et d’arbres bas isolés. L’été est à ce point caniculaire qu’une puanteur se dégage du lit de la rivière. Un été que Tikka n’oubliera jamais.

Car c’est là que la jeune adolescente, accompagnée de sa grande sœur Laura, va être témoin de ce qui va devenir un drame régional : la disparition des sœurs Van Apfel, les filles d’un pasteur rigoriste. Elles se prénomment Hannah, Cordelia et Ruth. Elles ont, toutes les trois, profité de l’entracte du spectacle scolaire de fin d’année pour s’enfuir dans la nature. Quelques semaines plus tard, alors que les recherches se poursuivent, le corps sans vie de la plus jeune est retrouvé coincé entre deux rochers. Par contre, aucune trace de ses autres sœurs qui n’ont jamais réapparu.

Il faut savoir que la vaste enquête menée à l’époque a soulevé un tas de questions sur les parents Van Apfel. Avec, pour résultat : des esprits fortement marqués du côté de la population. Les années ont passé sans apporter de réponses concrètes. Devenue aujourd’hui adulte, Tikka revient chez ses parents, car Laura, sa sœur, est gravement malade. L’occasion de se retrouver certes, mais également de replonger dans le passé. À l’époque de leur adolescence.  Et de s’interroger à nouveau sur le mystère de la disparition des deux autres filles Van Apfel, mais également sur l’impact que ce drame a eu sur leur propre vie.

Pour son premier roman qu’elle dédie avec justesse à l’adolescence, la journaliste australienne Felicity McLean surprend plus qu’agréablement. Tout d’abord par sa maîtrise de l’écriture et de… l’humour, mais aussi et surtout par l’originalité de sa narration. Sans oublier la subtilité de sa tonalité qui fait écho au spleen et au désir de liberté des sœurs Van Apfel.

les derniers articles Culture & Évasion