#Actualités | #Janette, toujours au fait

Le tabagisme au Luxembourg : 5 choses à savoir

par Léna Le Roy

31 mai 2022

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac, la Fondation Cancer publie les résultats de son enquête Le tabagisme au Luxembourg réalisée par TNS Ilres en 2021.

  • 28 % des résidents luxembourgeois fument

En 2021, plus d’un quart (28 %) des résidents luxembourgeois âgés de plus de 16 ans fument, soit environ 147 500 personnes. Le pourcentage de fumeurs n’a jamais été aussi élevé depuis 2004 et cette augmentation du taux de fumeurs s’observe dans toutes les tranches d’âges : 18-24 ans (+4 %), 25-34 ans (+2 %), 35-44 ans (+7 %), 45-54 ans (+3 %), 54-65 ans (+2 %).

  • Le Luxembourg franchit la barre des 100 000 fumeurs quotidiens

Le taux de fumeurs quotidiens ne cesse d’augmenter pour atteindre les 19 % en 2021. Il faut remonter jusqu’en 2009 pour retrouver un taux similaire. 100 092 résidents (16 ans et plus) allument quotidiennement une cigarette, soit 11 77 personnes de plus qu’en 2020.

  • Plus d’1 jeune sur 3 fume

Le plus grand taux de fumeurs est désormais chez les jeunes de 18-34 ans avec 37 %. Un chiffre très alarmant puisque plus on commence à fumer jeune, plus la dépendance est forte et plus on est exposé aux méfaits du tabagisme sur la santé.

  • La shisha enfume la jeunesse

Plus d’un adolescent sur trois fume la shisha. Sa consommation est la plus fréquente chez les jeunes de 16 à 24 ans où 34 % fument la shisha (42 % des garçons et 30 % des filles). En 2021, le pourcentage de fumeurs de shisha augmente également pour toutes les tranches d’âge : de 5 points pour les 16-24 ans, de 4 points pour les 25-34 ans et de 10 points pour les 35-44 ans.

  • 56 % des fumeurs souhaitent arrêter

Alors que plus d’un fumeur sur deux déclare vouloir se débarrasser de cette addiction, 21 % souhaitent également diminuer leur consommation. Seul un quart des fumeurs n’ont pas l’intention d’arrêter.

La Fondation Cancer sonne l’alerte

Pour permettre aux enfants de grandir sans fumée et protéger les jeunes de l’entrée dans le tabagisme, il devient urgent de :

• augmenter significativement le prix du tabac et de ses produits associés

• éviter l’entrée des jeunes dans le tabagisme et mener régulièrement des campagnes de prévention

• interdire toute forme de publicité et de détournement de publicité

• réduire la disponibilité des produits du tabac

• protéger efficacement la population du tabagisme passif

• promouvoir l’arrêt du tabac et mettre en place un parcours d’aide à l’arrêt effectif.

Cliquez ici pour consulter les résultats complets de l’enquête.