#Inspirations déco | #Déco & Food

La question déco : comment délimiter l’espace « jeu » de l’espace « nuit » dans la chambre de mon enfant ?

par Mélanie Trinkwell

5 novembre 2020

Ah, si nos chers bambins se contentaient d’utiliser leur chambre en guise de dortoir… Nous n’aurions plus à nous égosiller à vouloir leur la faire ranger ! Et pourtant, certains psychologues soutiennent l’idée que, tant que la chambre n’est pas investie par l’enfant dans toute sa dimension ludique (jouer et lire, en plus de dormir), il ne pourra pas y trouver un sommeil apaisé (et nous aussi par voie de conséquence). Il nous faut donc aménager la cohabitation entre l’espace « jeu » et l’espace « nuit ». Le souci étant que les jeux envahissent bien souvent tout l’espace…

Un remède simple est d’opter pour une surface de rangement conséquente et d’investir dans une cabane ou tipi, voire un placard sur mesure, pensé pour loger l’intégralité de ses playmobil, collections de billes, et autres trésors.

Avant toute chose, néanmoins, et bien au-delà de l’aspect « pratique », veillez à séparez visuellement ces fonctions au sein de l’espace. Si sa chambre n’incarne rien qu’une ambiance tristoune, votre enfant préféra à coup sûr le salon, en votre charmante compagnie ! Faites le participer au choix des couleurs et de l’ambiance… (prière de vous reportez une fois de plus à l’article susmentionné). Un papier peint à la teinte profonde, bleu nuit par exemple pour favoriser naturellement le sommeil, tranchera à merveille avec un « nude » ou « moutarde » pour l’espace « jeu ». Sachez d’ailleurs qu’associer deux couleurs claire/foncé permet à l’oeil d’apprécier encore plus la clarté de l’une et la douceur de l’autre. Et, inversement, on veillera toujours à intégrer un liant entre ces deux ambiances ; pourquoi pas un matériaux comme le bois, qui a le don de « chaleuriser » n’importe quelle pièce ! On peut aussi matérialiser cette frontière par un meuble intermédiaire, comme une bibliothèque : côté nuit, elle accompagnera votre progéniture au pays des rêves et, côté jour, elle lui fera vivre les plus fantastiques aventures.

Au passage, ne renoncez pas à donner le goût de la lecture à votre petit(e) ; trop d’adultes délaissent ce noble et bel objet qu’est le livre au profit de vulgaires tablettes à tout faire ou téléphones portables. Un fauteuil cosy, ou banquette attenante, favorisera ce moment littéraire.

Si la pièce est vraiment des plus petites, la solution du lit superposé s’impose ; lit qu’on « customisera » pour lui donner plus de cachet ! Un rideau à l’imprimé fort gagnera à être accroché en partie basse, afin de participer au décor, mais aussi surtout pour dissimuler ce « joyeux bordel » ou si vous préférez « bordel joyeux ».

Un grand tapis pourra aussi faire office de tapis de jeu, pour mieux, là encore, dessiner la frontière du capharnaüm ! De même, le sac à jouets « Play and Go » que l’on peut accrocher à une patère si l’espace au sol est limité, sera le bienvenu. Et pour les artistes en herbe, on pourra installer au mur un carré d’un mètre de grillage à poules, à l’aide de quelques crochets, et venir y épingler leurs dessins ou peintures avec de simples pinces à linge en bois. Votre chérubin n’aura plus aucune excuse pour ne pas dormir toute la nuit dans son lit… Bonne nuit !

Illustration : Source Giancarlo Valle