#Culture & Évasion | #La bibliothèque de Janette

« Des gens irréprochables »

par Charles Demoulin

8 novembre 2020

Sous ce titre qui paraît chez Eyrolles, se cache le cinquième roman de la Canadienne Zoe Whittal. Un roman qui par son sujet ne manquera pas de provoquer le débat. Un récit pour le moins intéressant et innovant dans le ton, et qui va s’attacher à mettre en lumière ce que devient la dynamique familiale quand elle est soumise à une pression extrême. Pensez donc : quelle serait votre réaction, mais aussi celle de vos enfants, si votre mari se voyait accusé d’un crime impardonnable ?

Avalon, une petite ville paisible du Connecticut ne s’attendait certes pas à ce qu’un scandale inimaginable vienne ébranler son quotidien d’habitude sans histoire. Et pourtant, aujourd’hui, George Woodbury, un enseignant respecté de tous, un père de famille aimant et adoré par son épouse et ses deux enfants, vient d’être accusé d’agression sexuelle envers de jeunes élèves de son lycée.

Si l’incompréhension est totale, il n’en reste pas moins, qu’à présent, tout le monde lui tourne le dos. Quant à Joan, son épouse, une infirmière très appréciée pour sa gentillesse et la qualité de son travail, elle ne sait plus qui croire. Son mari, qu’elle pense innocent, ou les preuves de plus en plus accablantes qui incriminent chaque jour davantage ce dernier ? Dans cette tourmente familiale, on découvre Sadie, leur fille. Personnage très populaire du lycée où enseignait son père, elle est considérée maintenant comme une pestiférée. Le seul qui ne semble pas envahi par le doute est Andrew, le frère de Sandie. À ce point, qu’il décide de quitter son cabinet d’avocats installé à New York afin de venir à Avalon, prendre la défense de son père.

En fait, la question que se posent Joan et Sandie est de savoir s’il est encore possible d’aimer quelqu’un sans avoir une preuve formelle de son innocence. Un ouvrage où la question du féminisme est bien présente, mais qui aborde également la culture du viol, le patriarcat, les privilèges de certaines élites masculines, l’opinion publique ou encore le courage des victimes à aller porter plainte.

les derniers articles Culture & Évasion