#Déco & Food | #Tendances food

C’est dans le mag : Cuisiner responsable

par Olivia Beziat

27 juillet 2020

Depuis 50 ans, nos habitudes alimentaires ont énormément changé. Notre alimentation est certes plus diversifiée mais nous cuisinons moins et nous prenons souvent nos repas en extérieur. Pour autant notre alimentation a un fort impact sur notre environnement, c’est pourquoi Janette vous livre ses conseils pour adopter une cuisine plus responsable.

Qui dit cuisiner, dit acheter

Faire ses courses, conserver ses aliments au frais, tout cela consomme de l’énergie.

Choisissons les commerces de proximité, de cette façon nous soutenons le tissu économique local et faisons moins de kilomètres pour nous approvisionner. En y allant à pied ou à vélo, c’est le jackpot des courses éco-responsables.

Soyons à l’affut des organisations de producteurs, des magasins paysans ou des services de paniers de produits locaux. Privilégions aussi les produits en vrac. Avec moins d’emballages au départ, il y a tout simplement moins à recycler ensuite.

Adaptons nos achats à notre consommation : c’est acheter plus souvent mais moins. Au bout de 3 jours vos légumes auront perdu 50% de leurs vitamines donc mieux vaut acheter au fur et à mesure que les conserver trop longtemps.

Modifier le contenu de nos assiettes

Les végétaux ont un impact environnemental plus faible que les produits issus des animaux comme les viandes, les charcuteries, produits laitiers, etc. Augmentons alors notre part de céréales, légumineuses et fruits et légumes issus de l’agroécologie. Ils nous fournissent beaucoup de nutriments, minéraux et vitamines et méritent une grande place dans nos assiettes.

Consommons moins de viande et de poisson, en privilégiant la qualité et le local. Finalement cela revient à en consommer moins, mais de meilleure qualité : viande bovine issue de pâturages ou labellisée, volaille de plein air… Privilégions également les fruits et légumes de saison et locaux qui ne sont donc pas produits sous serres chauffées et ont peu voyagé. Cela demande de redécouvrir certains légumes que nous avons perdu l’habitude de consommer.

Cuisinier c’est aussi préparer

En cuisine, beaucoup d’eau et d’énergie peuvent être gaspillées.

  • Pour laver les végétaux, utilisons une bassine ou un saladier pour les faire tremper plutôt que de laisser couler l’eau du robinet.
  • Lorsque l’on fait cuire nos légumes, gardons notre eau pour y cuire nos féculents : pâtes, lentilles, etc.
  • Pensons à couvrir nos casseroles : en évitant la déperdition de chaleur notre eau bouillira plus vite !
  • Faisons bien décongeler les produits surgelés au réfrigérateur pour les chauffer moins longtemps.
  • Enfin, utilisons tout ce qui se mange : pas question de gaspiller avant même d’avoir essayé ! Avec les fanes de radis, on mijote une soupe. Avec les fanes de carottes, on réalise un pesto pour les pâtes. Si les légumes sont issus de l’agriculture biologiques, brossons-les soigneusement sans les éplucher, de cette façon on garde les vitamines concentrées dans la peau.

Préparer sans gaspiller

En faisant nos menus à l’avance et la liste de course dont nous avons réellement besoin, nous dépensons moins d’argent, optimisons notre organisation, perdons moins de temps et achetons des quantités plus justes.

Conservons bien nos aliments. Si le réfrigérateur est plein à craquer, il est difficile de s’y retrouver. Les œufs, les pommes de terre, les bananes, les tomates et le pain de mie par exemple, n’ont rien à faire dans le « frigo ».

Congelons les restes, ils nous serviront la prochaine fois que nous serons pressées. Dans le cas contraire, on les cuisine:

  • avec du pain, on fait du pain perdu pour le petit déjeuner ou de la chapelure;
  • un reste de viande ou poisson fera une très bonne farce à lasagnes, à hachis, à légumes farcis, etc;
  • les légumes de la veille s’intègreront parfaitement dans une quiche, une pizza, une omelette ou, additionnés d’une sauce tomate, ils feront une très bonne garniture pour des féculents.

Et pour finir, trions nos emballages, faisons du compost, ou achetons moins de produits tous prêts à l’emploi. Voici autant de gestes qui comptent pour notre planète, alors n’hésitez plus, agissez!