#Janette bien dans sa tête | #Psycho & Bien-être | #Psycho pour le couple

[C’est dans le mag] Sexperte! Vaginale ou clitoridienne, les voies du plaisir sont-elles impénétrables?

par Sophie Pilcer

30 mars 2017

Ce bon vieux cliché ne cesse de continuer à faire tant de mal aux femmes! Non, nous ne sommes pas des mammifères femelles catégorisantes dans deux espèces : les clitoridiennes chimpanzés ou les vaginales ouistitis, suspendues au bon vouloir de leur mâle qui daignerait leur accorder un peu d’orgasme voir plus si affinités (quoique l’orgasme n’induit pas l’amour… mais ça, c’est une autre histoire).

Ma chère Janette, ton potentiel érotique est bien plus puissant que ce que Freud et ses successeurs t’ont laissé croire. Comment as-tu pu imaginer que ton délicieux orgasme clitoridien (que tu maîtrises à la perfection) traduirait une immaturité, une sexualité infantile non aboutie, comme si ton plaisir dépendait exclusivement de la sacro-sainte pénétration par ce non moins sacré phallus dans ton vagin. Encore un coup de ces messieurs en mal de domination pour nous faire croire qu’ils ont le pouvoir de nous faire jouir ou non!
Infantile le clitoris? Mais quelle blague! Tu le sais bien toi, que l’étymologie du mot “clitoris” signifie la clef, et pour cause : il est bien le seul sésame qui ouvre la porte de la jouissance féminine.

Et oui, chers amis les mâles, nous pouvons parfaitement jouir sans votre légendaire pénis. Rhabillez-vous et écoutez ce que nous avons à vous apprendre. Le clitoris est, ne vous en déplaise, un véritable pénis avec tout ses attributs. En effet, l’anatomie de notre cher et tendre clitoris comprends bien un prépuce, un gland, un corps spongieux et évidemment des corps caverneux qui, se gonflant de sang (oui oui tout pareil mon Jano!) permettent une érection qui n’a rien à vous envier. Non, ne fermez pas cette page, je ne suis pas en train de vous décrire l’anatomie de Conchita Wurst, célèbre trans barbu du grand prix de l’Eurovision, mais bel et bien celle de votre compagne, qui sait très bien, elle, que son gland clitoridien joue un rôle majeur dans son excitation sexuelle.
A vous Monsieur! Sachez le stimuler, le caresser, le lécher, le titiller délicatement pour lui permettre de se gorger de sang et de s’ériger pour que cette excitation puisse atteindre toute la zone génitale et même le vagin. Car oui, c’est bien le petit dernier dans l’histoire et il faut arrêter de faire passer les boeufs avant la charrue!
Bref, l’orgasme vaginal est secondaire à l’orgasme clitoridien et finalement le vagin se fait caisse de résonance, amplificateur de l’orgasme clitoridien.

N’allez cependant pas jusqu’à jouer les Marie Bonaparte! Cette reine de Grèce et amie de notre Freud préféré qui s’est fait opérer à plusieurs reprises pour tenter de réduire la distance entre l’orifice vaginal et le clitoris, persuadée qu’elle ne jouissait pas comme elle aurait dû à cause d’une malformation génitale. Si la jouissance aboutie passe par la clef, débarrassez-vous également de vos complexes : fini les angoisses, les peurs d’être anormale. Vous êtes maîtresse de votre propre orgasme… et parfaitement normale.
Si vous avez eu la bonne idée de lire cet article avec votre homme, ne soyez pas surprise de son mutisme. C’est un véritable choc pour lui d’apprendre que vous avez un pénis et que le coït n’est pas indispensable à votre orgasme. Aucune inquiétude, il s’en remettra comme un grand garçon. Rappelez-vous que tout petit il a déjà surmonté le fait qu’il ne pouvait pas épouser sa mère. Il est plein de ressources et je suis sûre qu’il se passionnera pour votre clitoris et vous accompagnera volontiers dans de nouvelles aventures plus subtiles et sensuelles. Et rappelez-lui bien que décalotter votre prépuce clitoridien ne remet en aucun cas son orientation hétéro plus plus plus en question!
En revanche, ayez toujours à l’esprit que vous n’êtes pas un sexe faible et que vous avez le pouvoir de jouir parfaitement bien toute seule et que comme votre homme, vous sécrétez de la testostérone (pour l’instant gardez cela pour vous, il n’est pas encore prêt à tout entendre et un peu de secret n’a jamais fait de mal à personne). Voilà ma chère Janette, il ne me reste plus qu’à vous souhaitez un bel orgasme!

Sophie Pilcer, sexologue
Illustration 
– Edouard Manet