#Culture & Évasion | #Prenez la poudre d'escampette | #Pour s'évader en pensées...

[C’est dans le mag] 5 trucs pour réussir à “couper” pendant les vacances

par Paule Kiénert

14 mars 2017

Les vacances… vous en avez rêvé et, parfois, lorsque vous y êtes, vous avez du mal à vous détendre et à en profiter. Attention donc à n’emporter dans vos valises que votre bonne humeur et l’envie de vous ressourcer!

1. Ne laissez pas de problème en suspens
Dernier jour de travail: tous les encours doivent être bouclés, les affaires délicates réglées, les abcès crevés, les retards rattrapés, et vos affaires rangées! Faire place nette dans son travail et sur son lieu de travail, c’est aussi éclaircir ses idées et pouvoir partir l’esprit libre et tranquille.

2. N’emportez pas la moindre tâche
Si malgré les préconisations du point 1, il reste une tâche en suspens, tant pis! Inscrivez-là sur votre bloc note que vous retrouverez à votre retour, mais interdisez vous d’emporter du travail en vacances. Vous aurez beaucoup de mal à vous y mettre et ne serez pas satisfaite du résultat. Les vacances sont faites pour se RE-PO-SER!

3. Limitez l’accès à vos échanges professionnels
Vade rétro iPhone, iPad, et autre petite merveille technologique ne vous laissant aucun répit. Et si votre direction exige de votre part un contrôle régulier de vos emails, ne le faites qu’une fois par jour, à une heure précise, comme une pilule à avaler d’un coup sec pour ne pas la sentir passer.

4. Préparez votre retour
Avant de partir, dressez le planning de la semaine suivant votre retour peut vous aider à éviter de monter en épingle de menus travaux comme vider la valise, faire des lessives tout en reprenant le travail et le rythme scolaire.

5. Fixez vos objectifs détentes
Enfin, de bonnes vacances, ça se prépare! Jouer avec vos enfants, regarder votre amoureux dans le blanc des yeux, danser, faire du sport, bronzer… Bref, ce pour quoi vous manquez de temps d’habitude va devenir votre priorité pour quelques temps. Prenez donc soin de ne rien oublier, vous pourriez le regretter!

Texte par Paule Kiénert