#Psycho & Bien-être | #Psycho au travail

Ces expressions de bureau qui nous agacent

par Céline Molitor

7 septembre 2020

« ASAP », « On fait un point ? », « Il n’y a pas de sujet. », etc… sont autant d’expressions utilisées au bureau qui nous agacent. Mais, derrière ses petites phrases quelques fois bien anodines se cache en réalité une tonne de jugements, reproches, négativisme ou encore tentatives de « noyage de poisson ». Les tics de langage, tout le monde en a, si certains permettent de dérider les plus réfractaires, d’autres en revanche sont beaucoup moins drôles, voire même carrément énervants.

Quentin Périnel, journaliste et chroniqueur au Figaro, en a fait tout un recueil avec les 100 expressions à éviter au bureau et ailleurs.

Et vous Janette, êtes vous capable de reconnaitre vos tics de langage ? Car oui, même si certaines choses nous énervent nous les reproduisons sans nous en rendre compte. Pourquoi ? Simplement car l’humain tend à reproduire ce qui lui est familier.

Voici donc un florilège d’expressions qu’on retrouve au bureau !

« C’est dans le pipe »

Expression largement utilisée, notamment à la rentrée. Sa visée est de prouver à quel point on va être occupé dans les prochains jours, semaines, mois, ou années… En réalité, elle permet surtout de bien botter en touche. Si « un projet est dans le pipe », c’est souvent qu’on a aucune idée du moment où il sera réalisé.

« J’aime l’humain »

Personnellement c’est ma préférée. Elle a la mérite de me faire beaucoup rire. « J’aime l’humain » est un bon moyen pour les managers de convaincre qui veut l’entendre que oui-oui-oui, ils ont bien conscience de travailler avec de vraies personnes et ils ont bien compris qu’elles ne fonctionnent pas comme des machines. Mais pour autant ils attendent d’elles qu’elles fonctionnent comme telle. Ironique n’est-ce pas ?

« From scratch »

Utiliser des anglicismes adoucis les mœurs. Cette expression signifie qu’il faut commencer (ou repartir) de zéro. À l’oreille, ce n’est pas très agréable mais ça passe et du coup, ça à le mérite de rendre les choses plus « cool ».

« Je reviens vers toi »

C’est une façon polie de dire « ce que tu me racontes ne m’intéresse absolument pas pour l’instant ». Le risque pour celui qui reçoit cette réponse, c’est de revenir lourdement à la charge si l’autre en question ne « revient pas ». Cette phrase accorde donc un répit de courte durée.

« Comme un lundi »

LA phrase par excellence ! On l’a toutes déjà utilisée au moins une fois. « Ça va comme un lundi » peut être interprété de plusieurs manières. La première, c’est que le lundi, c’est toujours pourri. La seconde, c’est que vous avez passé un gros week-end de fête et que vous avez du mal à vous en remettre. Enfin, cela peut aussi vouloir dire que vous êtes absolument détendue et zen après vous être reposée pendant deux jours.

C’est sexy

« Pas mal, mais on ne peut rendre ça un peu plus sexy ? » Ben si voyons, bien-sûr, tout le monde sait qu’une présentation PowerPoint a un potentiel de sexytude fortement élevé !

Sortir de sa zone de confort

Cette phrase est tout simplement géniale. Si sortir de sa zone de confort est un indispensable pour notre évolution à tous cette sortie doit parfois, être faite de manière accompagnée. Et c’est sur ce point que le bas blesse. Car celui qui vous le demande l’a–t-il seulement déjà expérimentée cette sortie de zone de confort ?

On fait un petit point ?

Les « petits points » se transforment généralement en réunions à rallonge. L’adjectif « petit » n’a rien d’anodin : il est là pour faire passer une pilule qui va demander des heures à être avalée. Méfiance, donc, quand un collègue vous demande un « petit service »…

 Je suis au bout de ma vie

Se transforme parfois en « chui au bout de ma life ». Un brin excessive, toujours dramatique… L’expression peut aussi bien faire référence à une dure journée de travail qu’à un lendemain de soirée trop arrosée.

Si après lecture de cet article vous vous reconnaissez (même si il s’agit ici d’une liste non exhaustive) faites attention car ses phrases peuvent quelques fois être un frein à une communication optimale et bienveillante.

les derniers articles Psycho & Bien-être