Les gardiennes du silence

Cette semaine, Janette vous fait découvrir le livre sélectionné par notre journaliste littérature Charles Demoulin : « Les gardiennes du silence » écrit par Sophie Endelys aux Presses de la Cité

 

Après avoir été juge au tribunal de grande instance de Paris, Sophie Endelys s’est installée en Normandie où elle se consacre à la fois à la magistrature et à l’écriture. L’ouvrage ‘Les gardiennes du silence’ constitue en fait, son quatrième roman. Un récit qui pourrait se résumer à un début d’une leçon de comptage : un, deux, trois, quatre… Une île, deux monastères, trois meurtres, quatre siècles d’Ordre occulte… Archiviste-bibliographe n’ayant guère trouvé le bonheur auprès d’un mari violent, Chloé est devenue, depuis la mort de ses parents, une accro aux livres anciens. Cet amour pour la littérature, peut-être le tient-elle de son père qui, peu avant sa mort, avait publié un roman intitulé : ‘Le pont des Soupirs’ ? Ouvrage qui le rendit célèbre et dont Chloé conserve avec amour, le tapuscrit original relié. Fouillant aujourd’hui dans les recoins de la maison familiale, elle découvre un véritable trésor : les Mémoires d’un artisan ayant fui l’atelier saccagé de Gutenberg, en 1452 à Mayence, emportant avec lui le secret de ses encres. Pratiquement illisible, ce manuscrit attise étrangement l’intérêt de Jeffrey, le mari pour le moins brutal de Chloé. Exaspérée par ce dernier, Chloé le tue. Mais sans vraiment le vouloir. Recherchée, elle s’enfuit sur une petite île où son père a vécu jusqu’à l’âge de vingt ans. C’est là qu’elle va découvrir, perdu au fond de la lande, un monastère dont on évoquait la présence dans le manuscrit ancien retrouvé il y a peu. C’est là aussi que se cache le secret de l’île. Reste que quand elle en prend conscience, il est déjà trop tard. Se lisant sous forme de polar ésotérique, ce roman, captivant, savoureux et même original, devrait, parfois, voir le lecteur se perdre dans divers méandres assez obscurs de ce  récit. Mais qu’importe, car malgré tout on reste captivé par l’incroyable cheminement de cette archiviste-bibliographe.

 

 

Les commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *