En theorie tout va bien

Cette semaine, Janette vous fait découvrir le livre sélectionné par notre journaliste littérature Charles Demoulin : « En théorie tout va bien », écrit par Sarah Bussy chez JCLattès.

 

Pour un premier roman, Sarah Bussy démontre qu’elle possède non seulement une plume talentueuse qui vous fait passer par tous les types d’émotion, mais également ce don d’observation de la nature humaine qui fait que cet ouvrage fut pour moi un véritable coup de cœur et, pourquoi ne pas l’avouer, un questionnement sur ce que peuvent engendrer les non-dits et les petits secrets de famille lors de leurs découvertes et de leurs mises à nu. Dans ‘En théorie tout va bien’, il y a déjà cette interrogation que posent les mots en théorie. Il y a aussi un papa, une maman, Mattéo le grand frère et surtout Cassis, la petite dernière qui a décidé de nous conter l’histoire de sa famille. Une famille qui, dans l’appartement de la rue Saint-Maur à Paris où elle habite, offre aux yeux de tous, l’apparence d’être à l’image d’un long fleuve tranquille qu’aucun remous ne vient troubler.

 

Toutefois, arrivée à l’âge de 12 ans, Cassis découvre ce terrible secret qui faisait que souvent, après les embrassades de fin de soirée, elle entendait sa mère pleurer derrière la porte close que constituait la chambre parentale. Une sorte de forteresse inexpugnable dans laquelle semblait se dérouler une vie parallèle. Une découverte qui va la faire passer, d’un seul coup, à l’âge adulte. Et ce en l’obligeant à remettre tout en question : sa vie et sa place au sein d’une famille consumée par le silence et les apparences. Comment va-t-elle continuer à se construire dans un cocon où l’on ment pour donner bonne figure ? Et elle, doit-elle se taire, entretenant ainsi cette image d’une famille modèle ? Un roman d’une construction impeccable qui verra Cassis écrire sa propre histoire.

 

Les commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *