#Psycho au travail | #Psycho & Bien-être

Attention au bore-out !

par Céline Molitor

10 juillet 2024

« S’ennuyer à mourir ». Voici malheureusement une expression pleine de sens pour de nombreux salariés qui n’ont pas, ou peu, de choses à faire au travail. Fatigue, déprime, baisse de l’estime de soi… Attention au bore-out ! Passer ses journées à « tuer le temps » serait aussi mauvais pour la santé que trop travailler. Être payé à ne rien faire, un rêve ? Pas si sûr…

Qu’est-ce que le bore-out ?

Le bore-out, correspond à l’ennui au travail. Il s’agit d’un sous-investissement professionnel, d’une absence de perspective, d’un ennui profond et durable qui mène à un épuisement général et à la dépression.

Quelles sont les causes du bore-out ou ennui au travail ?

Les causes du bore-out peuvent être multiples :

  • la sur-qualification : trop diplômé, les tâches effectuées ne sont pas en adéquation avec les compétences du travailleur, avec la finalité de ses études ou avec son savoir-faire
  • la mise au placard : l’employeur confie au salarié de moins en moins de travail
  • les tâches répétitives : le travail consiste toujours en la même chose et la routine s’est installée. La monotonie du travail est une des raisons majeures du bore-out, de même que ne pas faire de choses plaisantes au travail
  • le manque de challenge ou de défis à relever : il y à une réelle absence de stimulation
  • l’absence d’évolution professionnelle

Burn-out, bore-out et brown-out quelles différences ?

Le burn-out, c’est l’épuisement professionnel par l’excès de travail, le bore-out, c’est un épuisement par manque d’utilisation de ses compétences et le brown-out c’est une perte de sens dans le travail.

Les symptômes du bore-out 

Parler de symptôme, c’est déjà parler de trouble et de malaise or, le bore-out n’est pas considéré comme une maladie en tant que telle. C’est un phénomène professionnel qui engendre des troubles de santé.

En premier lieu, la personne en bore-out a généralement le sentiment d’être sous-employée, de ne pas être reconnue ou considérée et/ou d’être mise à l’écart.

Sur le plan somatique, on retrouve une fatigue inhabituelle, des troubles musculo-squelettiques et intestinaux, des manifestations cutanées, mais aussi des insomnies.

Sur le plan psychologique, on constate une démotivation, de l’anxiété, parfois de la culpabilité, de la tristesse et de la honte. Il peut aussi y avoir des ruminations, des pensées négatives.

Autre élément significatif : les week-ends ne sont pas récupérateurs alors que les vacances le sont.

On assiste également à une phase de désengagement de la part du salarié puis, dans des cas plus rares à l’effondrement. Le salarié voit alors ses performances baisser, il peut avoir des troubles de la mémoire, ce qui engendre un cercle vicieux dans la mesure où il sera de moins en moins sollicité.

Comment parvenir à sortir du bore-out ?

L’entreprise peut, dans le meilleur des cas, se remettre en question. Ce qui permettra la mise en place des moyens de prévention, information, formation, intervention d’un psychologue du travail.

Si l’entreprise ne fait rien, il sera nécessaire pour l’individu de consulter un praticien (médecin généraliste, psychologue, psychiatre) pour se faire aider individuellement.

Sur le plan individuel, on traite les troubles associés au bore-out comme n’importe quel trouble psychique. Le traitement dépendra non seulement des symptômes présents mais aussi des objectifs de la personne qui pourra décider d’agir et se demander ce qu’elle peut faire dans son travail pour améliorer les choses.

Si ce n’est pas possible, le travailleur pourra se porter sur une thérapie d’acceptation et d’engagement afin d’identifier les valeurs importantes desquelles il a été déconnecté pour ainsi rééquilibrer les différents domaines de vie. Parfois, la personne devra changer de poste.

Quelle prévention ?

Il convient bien sûr, en premier lieu, de parler au médecin du travail, à son médecin traitant ou à un psychiatre. Ceux-ci pourront éloigner la personne de l’entreprise afin de la protéger. Un psychologue du travail en entreprise pourra aider les dirigeants à effectuer un changement dans l’organisation du travail et à évaluer les risques psychosociaux.

L’ennuie au travail est une réalité pour de nombreux salariés. Si vous aussi, Janette, vous vous sentez concernée, n’attendez pas que les choses « passent » agissez et redéfinissez les contours de votre vie professionnelle. N’hésitez pas à entamer un dialogue avec votre direction qui ne se rend certainement pas compte de votre situation.

les derniers articles Psycho au travail

picto catégorie post
#Psycho au travail | #Psycho & Bien-être

5 trucs pour réussir à "couper" pendant les vacances

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Psycho au travail | #Psycho & Bien-être

L’amour au travail : sujet tabou qui en fait fantasmer plus d’un !

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Psycho au travail | #Psycho & Bien-être

Ces expressions de bureau qui nous agacent

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Actualités locales | #Psycho au travail | #Janette, toujours au fait

Le travail social et éducatif au Luxembourg : cadre et champs de pratiques 

LIRE LA SUITE