#La bibliothèque de Janette | #Pour s'évader en pensées...

« Agent Sonya »

par Charles Demoulin

22 janvier 2021

Ben Macintyre, historien issu de l’université de Cambridge, est un féru de tout ce qui touche à l’espionnage. Avec ‘Agent Sonya’, c’est un troisième ouvrage signé de sa main, mais traduit de l’anglais par Henri Bernard, qui se voit publié aux Éditions de Fallois. Un opus consacré à celle qui fut la plus grande espionne issue de la Russie soviétique. C’est vrai que la gent féminine a fourni et fournit encore un sacré lot d’agents secrets !

Sonya est le nom de code d’Ursula Kuckzinski (1907-2000). Dans les annales des services d’espionnage soviétiques, cette femme hors du commun est désignée comme un personnage de légende. Décorée de l’Ordre du Drapeau Rouge, elle se retira du GRU – l’équivalent de la CIA – en 1966 avec le grade de colonel. Une distinction tout bonnement exceptionnelle pour une femme. Au terme de cette carrière d’exception, aussi prestigieuse que périlleuse, elle devint alors, en RDA, une romancière à succès.

Née dans une famille berlinoise aisée et cultivée, Ursula, en 1926, décidera, par convictions, d’adhérer au Parti Communiste allemand. En 1930, on la retrouve à Shanghai où elle a suivi son premier mari, architecte de son état. C’est là qu’elle va commencer à donner la pleine mesure de son talent. Lorsqu’elle fera la connaissance de Richard Sorge, l’un des plus brillants espions que la Russie ait connus, elle travaillera non seulement pour lui, mais deviendra rapidement sa maîtresse.

Dès lors, pour elle, les missions et les affectations les plus exposées vont s’enchaîner. On la retrouve en Suisse puis en Angleterre où elle s’établit au début des années 40. Par la suite, elle jouera un rôle majeur dans la transmission des secrets atomiques anglo-américains à Staline… Cet ouvrage hyper documenté et même illustré que nous livre ici Ben Macintyre, l’auteur de ‘L’espion et le traître’ paru également chez de Fallois, n’est pas seulement une plongée dans l’univers secret du Renseignement, c’est également le portrait d’une femme incroyable dont peu d’hommes ont égalé les exploits. Mais c’est aussi la découverte d’une page cachée de l’espionnage à l’époque stalinienne !