#Culture & Évasion | #Les muses de Janette

Muse : Marie Sklodowska-Curie, scientifique engagée

par Anne Fourney

4 juillet 2024

Quel destin que celui de Marie Curie ! Éminente scientifique disparue il y a tout juste 90 ans, elle fut récompensée de deux prix Nobel pour ses travaux sur la radioactivité.

La vie n’est facile pour aucun de nous. Mais quoi, il faut avoir de la persévérance, et surtout de la confiance en soi. Il faut croire que l’on est doué pour quelque chose, et que, cette chose, il faut l’atteindre coûte que coûte.

Marie Curie

Femme engagée, féministe au caractère affirmé, Marie Curie a été la première scientifique à recevoir deux prix Nobel et la première femme à enseigner à La Sorbonne.

Née à Varsovie le 7 novembre 1867, Maria Skłodowska grandit dans une famille d’enseignants, entourée de trois frères et sœurs. Après la perte d’une sœur lorsqu’elle n’a que 9 ans, elle affronte celle de sa mère alors qu’elle n’est âgée que de 11 ans.

Élève brillante, elle se concentre sur ses études et s’intéresse aux sciences. Or cette partie de la Pologne est sous la domination de l’empire russe et les femmes ne peuvent accéder aux études universitaires. Sa sœur, Bronia, souhaite étudier la médecine. Les deux jeunes femmes unissent leurs efforts afin de pouvoir aller étudier à Paris. Marie travaille comme préceptrice dans une famille à Varsovie afin d’aider sa sœur aînée et mettre de l’argent de côté, avant de rejoindre la capitale française à son tour, en 1891, où elle s’inscrit à La Sorbonne. Elle étudie beaucoup, obtient une licence ès sciences physiques avec mention très bien en 1893, une licence ès mathématiques avec mention assez bien l’année suivante. Alors qu’elle songe retourner dans sa Pologne natale pour y enseigner, elle rencontre Pierre Curie, professeur de physique et chimie industrielles, qu’elle épouse en 1895.

Deux ans plus tard naît leur fille, Irène. Marie prépare une thèse de doctorat en physique et découvre, en 1898 avec Pierre, deux nouveaux éléments, le polonium et le radium, dont la radioactivité – le terme est introduit par Marie Curie – est beaucoup plus intense que celle de l’uranium. Cette découverte leur vaut le prix Nobel de physique en 1903, avec Henri Becquerel. Leur seconde fille, Eve, naît en 1904.

Deux ans plus tard, Pierre meurt renversé par une calèche dans Paris. Devenue la première femme professeur à La Sorbonne, la vie de Marie Curie sera à nouveau bousculée par la médiatisation, en 1911, de la liaison qu’elle entretient depuis cinq ans avec le physicien Paul Langevin, marié et père de famille. La même année, elle reçoit un second prix Nobel, de chimie cette fois. Aucun scientifique n’a alors reçu deux fois la prestigieuse distinction.

Pendant la guerre de 1914-18, elle équipe des véhicules radiologiques, avec l’aide de la Croix rouge, afin de compléter le diagnostic des blessés de guerre. Après la guerre, Marie Curie poursuit ses travaux en s’investissant dans une coopération internationale. La Fondation Curie ouvre en 1921 et développe l’utilisation des rayonnements pour le traitement du cancer.

Malade et affaiblie, Marie Curie se repose dans un sanatorium en face du mont Blanc, où elle décède le 4 juillet 1934, à 66 ans, des suites d’une anémie pernicieuse, probablement liée à son exposition aux rayonnements au cours de ses travaux. Elle repose depuis 1995 avec Pierre Curie au Panthéon, à Paris.

ANECDOTES

Lors d’une interview, un journaliste lui aurait demandé : – « Qu’est-ce que cela fait de vivre avec un génie ? »
« Posez donc la question à mon mari », aurait-elle répondu du tac au tac !

les derniers articles Culture & Évasion