#Culture & Évasion | #La bibliothèque de Janette

« Femmes combattantes »

par Charles Demoulin

15 janvier 2023

Je confesse humblement que les noms de ces sept héroïnes évoquées par Marie-Laure Buisson dans ce roman paru aux Presses de la Cité m’étaient jusqu’ici totalement inconnus. Mais aujourd’hui, après la lecture de cet ouvrage qui m’a littéralement happé, je vous assure qu’ils resteront à jamais gravés dans ma mémoire.

Avocate passionnée par le monde militaire, Marie-Louise Buisson devient, en 2011, auditrice à l’Institut des hautes études de Défense nationale. C’est là qu’elle va découvrir la Légion étrangère dont elle deviendra légionnaire d’honneur de 1re classe, mais également colonelle de la réserve citoyenne de l’Armée de l’air et marraine du 4e Régiment étranger. C’est sans nul doute tout au long de ses diverses fonctions, qu’elle apprendra l’existence de la légionnaire Sandra Travers, et des autres héroïnes à qui elle dédie cette œuvre de mémoire.

Mais tout d’abord, deux paramètres à mettre en exergue dans ce fort ouvrage de quelque 350 pages. Il y a, en premier, cet avant-propos dans lequel l’auteure explique les raisons qui l’ont poussée à dresser le portrait de ces sept femmes pour le moins engagées. Vient ensuite, en clôture du chapitre qui leur est spécialement consacré, cette chronologie propre à chacune d’elles. Chronologie qui permet aux lecteurs de bien cerner les moments clés de leur existence.

Ces portraits de femmes combattantes s’étirent de la Seconde Guerre mondiale à l’époque d’aujourd’hui. Mais c’est surtout toute la force du courage féminin qui s’imposera tout au long de cet hommage qui verra même certaines de ces héroïnes donner leur vie pour leur pays.

Mais qui sont-elles ? Vient d’abord Susan Travers, une aristocrate devenue infirmière, et engagée aux côtés des gaullistes. Elle joua un rôle majeur en mai 1942 en Lybie. Il y a Lily Litviak, une Moscovite passionnée d’aviation. Engagée dans l’unité des femmes pilotes, vous vivrez notamment avec elle le siège de Stalingrad. Vous retrouverez ensuite Noor Inayat Khan, une princesse musulmane recrutée par le service d’espionnage anglais et envoyée en France afin d’organiser le rapatriement des pilotes anglais tombés dans l’Hexagone. Elle sera arrêtée par la Gestapo et déportée.

Vous découvrirez encore Hannah Szenes, Juive hongroise qui tentera de faire sortir la population juive de l’enfer local. Cela afin de l’emmener en ‘Terre promise’. Quant à Geneviève de Galard, étudiante à la Sorbonne au début des années 1950, elle partira en Indochine où le conflit contre le Viêt Minh fait rage. Kurde de Rakka en Syrie, la commandante Jihane Cheikh Ahmed, alors que le printemps arabe a enflammé son pays, est laissée pour morte lors d’une attaque menée par les islamistes. Pourtant, miraculeusement, elle reprendra les armes contre Daesh. Il ne vous restera plus qu’à faire la connaissance de Cassiopée, une jeune française ayant suivi une formation spéciale dans l’armée de l’air, et qui sera envoyée en opération spéciale au Mali.

Sept récits véridiques et captivants qui, comme un thriller, vous tiendront en haleine tout au long des pages de cet ouvrage évoluant au cœur même de l’Histoire. Un récit truffé d’actions et féministe à souhait. C’est vrai que les faits d’armes de la gent féminine ont peu souvent été mis en évidence. Merci donc à Marie-Laure Buisson de tenter de combler, et de bien belle façon, cette lacune.

les derniers articles Culture & Évasion