Ce qui nous revient

Cette semaine, Janette vous fait découvrir le livre sélectionné par notre journaliste littérature Charles Demoulin : « Ce qui nous revient », écrit par Corinne Royer chez Actes Sud.

 

Les parents de Louisa Gorki sont assurément du genre original. Pour preuve, au lieu de chercher un logement, ils passent leur temps à squatter des maisons à vendre. Lui, Nicolaï, est peintre, mais du style faussaire. Elle, Elena, est soprano. C’est du reste sous le prétexte de partir pour un récital lointain qu’elle embrasse Louisa en lui disant : ‘À dans trois jours ma chérie !’. Depuis, Louisa ne l’a jamais revue. Ce ne sera que deux mois plus tard que Nicolaï expliquera à sa fille que sa maman, enceinte d’un enfant trisomique, a quitté la maison pour se faire avorter. Le malheur est qu’après l’intervention, elle n’a jamais eu le courage de rentrer chez elle. Et Louisa de grandir en partageant son chagrin avec son papa. Aujourd’hui, le temps a passé. Étudiante en médecine, elle prépare sa thèse de fin d’études. Une thèse où elle entend mettre en évidence le chromosome surnuméraire de la trisomie 21. Ce sera dans le cadre de ses recherches qu’elle rencontrera Marthe Gauthier, une scientifique âgée de 92 ans qui, à la fin des années 50, avait joué un rôle capital dans la découverte de ce chromosome 21. Reste que c’est à un de ses collègues masculins que fut attribuée la palme de cette découverte. Mélange de fiction et de réalité, cet ouvrage, au style élégant et précis, bouleversant de sincérité, dresse le portrait de deux femmes au caractère bien trempé. Cela tout en s’efforçant de restituer à Marthe Gauthier, surnommée la Découvreuse oubliée, la propriété de sa découverte. Mais rassurez-vous, ce récit n’a rien d’un ouvrage scientifique. Il se veut simplement un roman d’une infinie beauté qui entend rendre à Marthe Gauthier, ce qui lui appartient. Bref… ce qui lui revient !

 

Les commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *