#Culture & Évasion

Muse: Agatha Christie, la Reine de l’intrigue

par Jane Doe

15 septembre 2021

Lancée dans l’aventure policière par défi, la « Duchesse de la mort », comme elle aimait s’appeler, s’est servie de drogues et de poison pour faire de son œuvre, l’une des plus connues, traduites et lues au monde avec celles de Shakespeare.

Agatha Mary Clarissa Miller naît le 15 septembre 1890 à Torquay, une station balnéaire du Sud-Ouest de l’Angleterre. Son père, Frederick Alvah Miller, est un courtier américain. Sa mère, Clarisse Margaret Boehmer, est la fille d’un capitaine de l’armée britannique.

Contrairement à ses frères et sœurs placés en pensionnats, Agatha reçoit une éducation à domicile, par sa gouvernante et ses parents. Très tôt, sa mère l’encourage à écrire des poèmes, des contes et des nouvelles.

Son père meurt lorsqu’elle a onze ans.. Sa mère l’inscrit alors dans une école de la ville, avant de l’envoyer finir ses études dans des maisons d’éducation françaises à Paris.

Auteur de polars par défi

Sa sœur lui fait découvrir Sherlock Holmes et Arsène Lupin, et la met au défi d’écrire un roman policier. À 20 ans, elle boucle The Lonely Petit, dont l’action se déroule au Caire, qui sera rejeté par les éditeurs. Elle travaille entretemps sur Mr Brown, son second roman policier, dans lequel apparaissent les deux détectives Tommy et Tuppence Beresford.

À 22 ans, elle rencontre Archibald Christie, un aviateur de l’armée britannique. Ils se fiancent et s’épousent en décembre 1914, la veille du départ d’Archibald pour le front. Rosalind, leur fille unique naitra en août 1919.

Durant le conflit, Agatha regagne Torquay, où de nombreux Belges se réfugient. Ces derniers lui inspireront son personnage d’Hercule Poirot. Le détective belge apparaît pour la première fois en 1917 dans Une mystérieuse affaire de styles, qui sera d’abord publiée en octobre 1920 aux États-Unis, puis en 1921 au Royaume-Uni. Elle le signe du nom de son mari.

Spécialiste des poisons et drogues
En parallèle, elle travaille comme infirmière bénévole pour la Croix-Rouge, puis comme assistante-chimiste dans un hôpital militaire. Elle obtient alors son diplôme de pharmacienne. Sa connaissance de la pharmacopée, des poisons et des drogues alimentera ses intrigues policières.

En 1926, Agatha s’impose comme l’une des figures majeures du roman policier, avec son 7ème roman, Le Meurtre de Roger Ackroyd, qui devient un succès de librairie. Cette même année, sa mère meurt et son mari lui annonce son intention de divorcer.

En 1930, lors d’une croisière au Moyen-Orient, elle rencontre l’archéologue Sir Max Mallowan, de 15 ans son aîné, qu’elle épouse la même année. Miss Marple, l’héroïne de douze de ses romans, voit également le jour, dans L’Affaire Protheroe. Grâce à cette dernière et à son homologue belge, son succès est désormais assuré. Elle publie un à ou deux romans par an.

Passionnée d’archéologie, elle participe aux fouilles de sites en Irak et en Syrie, aux côtés de son mari. Ses voyages au Moyen-Orient inspireront quelques histoires, comme Le Crime de l’Orient-Express (1931).

Les années 1930 sont d’ailleurs prolifiques : Agatha publie 17 romans – dont Mort sur le Nil (1937), et sept recueils de nouvelles, comme Dix Petits Nègres (1939), qui compteront parmi ses chefs-d’oeuvre.

Durant la seconde guerre mondiale, Agatha s’engage à nouveau comme pharmacienne auprès de l’hôpital de Torquay, puis de l’University College Hospital.

À la fin de la guerre, Agatha récupère enfin ses droits d’auteurs bloqués par le fisc américain. Avec le retour du papier, les ventes de livres reprennent. Tandis que le cinéma, le théâtre et la télévision s’intéressent aux œuvres de la romancière.

28.000 représentations

Dans les années 1950, elle se concentre sur le théâtre. Sa pièce, La Souricière, présentée pour la première fois à Londres en octobre 1952, mais interrompue en mars 2020 pour cause de Coronavirus, en fait le spectacle le plus longtemps joué du théâtre britannique, avec plus de 28.000 représentations en 68 ans.

Forte de ses succès, Agatha réduit son rythme d’écriture, préférant passer son temps libre à hanter les expositions, les salles de concerts et d’opéras, ou bien à jardiner.

Elle meurt à 85 ans, dans sa résidence de Wallingford, près d’Oxford.

Elle laisse une œuvre de 67 romans, 190 nouvelles, 18 pièces de théâtre, quelques poèmes et une autobiographie.

ANECDOTE

Dans l’incertitude la seconde guerre mondiale, Agatha met en scène la fin de ses deux détectives Hercule Poirot et Miss Marple dans deux ouvrages. En cas de décès, elle souhaite ainsi assurer des revenus à sa famille et éviter que d’autres écrivains créent une suite à ses personnages.

Hercule Poirot quitte la scène sera finalement publié du vivant de l’écrivaine. Le détective belge aura même droit à sa nécrologie dans le New York Times. Miss Marple tirera elle sa révérence dans La Dernière Énigme en octobre 1976, suivant de quelques mois sa génitrice.

BIOGRAPHIE

15 septembre 1890 : naissance à Torquay (Angleterre)

1910 : premier roman

1914 : mariage avec Archibald Christie, à qui elle empruntera son nom d’auteur.

1914-1918 : infirmière et pharmacienne volontaire.

1930 : rencontre et mariage avec l’archéologue Sir Max Mallowan

Années 30 : publication de 17 romans et 7 nouvelles.

1940-1945 : engagée volontaire comme pharmacienne.

Années 1950 – 1970 : publications de romans et de pièces de théâtres.

Janvier 1976 : décès à Wallingford (Angleterre),