#La bibliothèque de Janette | #Pour s'évader en pensées...

« Dernière soirée entre filles »

par Charles Demoulin

11 décembre 2020

Toujours chouette l’enterrement d’une vie de garçon ou de jeune fille. Certes, à tort peut-être, je pensais que les festivités et les défis lancés pour l’événement s’avéraient plus sages du côté de la gent féminine que du côté masculin. Or, en lisant les premières lignes de ce roman diaboliquement tissé, j’ai bien dû me rendre à l’évidence : ce n’est pas mal non plus chez les filles. Pour preuve…

Dans deux semaines, Margaret Mary Trueheart, alias Maggie, va convoler en justes noces avec l’homme de sa vie. Le mec idéal. Toutefois, avant le grand jour, avant la cérémonie, avant de dire oui à cet être merveilleux, elle décide d’aller à une dernière soirée entre copines. Faire d’un enterrement de vie de jeune fille qui serait un jour, lui aussi, à qualifier de mémorable. Et de fait, la soirée est tout simplement géniale, mais beaucoup trop arrosée. Dès le lendemain, les choses tournent mal. Très mal !

Tout d’abord, accablée par un mal de tête de derrière les fagots, Maggie se réveille à côté d’un illustre inconnu. Ensuite, et alors qu’elle tente de remettre de l’ordre dans ses idées afin de connaître la raison de cette présence saugrenue, voilà que le téléphone n’arrête pas de sonner. Moche pour son mal de tête ! Pourtant, après avoir raccrocher à trois reprises, ce fichu téléphone sonne à nouveau. Du coup, l’inconnu allongé à côté d’elle lui tend gentiment le cornet. C’est son amie Suzanne qui, d’une voix d’outre-tombe, lui annonce que le corps sans vie d’Angie, qui hier encore participait à la nouba, vient d’être retrouvé au fond d’un parc. Et la soirée festive vient de se transformer en un incroyable cauchemar. Ce sera à un certain inspecteur Ron O’Reilly que l’enquête sera confiée. Après des interrogatoires serrés, sa conviction est faite, Maggie et ses copines lui cachent la vérité. Iraient-elles jusqu’à protéger l’assassin ?

Toujours aussi habile pour lancer le lecteur dans moult directions, la plume de Catherine O’Connell nous propose, chez Albin Michel, un puzzle aussi vaste qu’ingénieux. Un thriller qui démontre que cette grande dame de l’intrigue s’avère toujours une observatrice affûtée de la vie sociale.

les derniers articles La bibliothèque de Janette