#Psycho & Bien-être | #Psycho des petits

6 bonnes raisons d’avoir pour vos enfants des animaux à la maison

par Claudine Boulanger-Pic

28 avril 2022

Il pleut, Janette, et le chien demande à sortir ! Pour ne rien arranger, le chat a fait ses griffes sur le beau canapé – une fois de plus ! Bien sûr, vos enfants adorent leurs amis, mais vous vous demandez parfois : le jeu en vaut-il la chandelle ? Oui ! Et voici les réponses qui vont soutenir vos choix :

1. Ils leur apprennent la fierté et le sens des responsabilités

Sortir le chien, nettoyer la cage de l’oiseau, autant de petites tâches qui donnent à l’enfant le sentiment qu’il est utile et vigilant. Même les enfants de deux ans peuvent aider à remplir l’écuelle de leur petit ami.

2. Ils favorisent la communication non verbale

Une étude sur des enfants d’âge préscolaire a démontré que ceux qui avaient un animal de compagnie montraient plus d’empathie que les autres envers leurs camarades.

3. Ils aident à tromper la solitude

Plutôt que d’entrer dans une maison vide après l’école, les enfants dont les parents travaillent toute la journée sont chaleureusement accueillis par leur animal de compagnie. C’est chouette d’avoir un ami qui vous reçoit affectueusement !

4. Ils peuvent inciter les jeunes à lire

Certaines écoles et bibliothèques du Canada et des États-Unis offrent un programme pédagogique où des enfants font la lecture à des chiens attentifs. Les écoliers qui n’aiment pas lire à haute voix à l’école s’exécutent bien volontiers devant leurs animaux. Jusqu’à l’âge de sept ans, l’enfant croit que le chien l’écoute et le comprend.

5. Ils font mieux passer les travaux scolaires du soir

C’est prouvé : caresser un animal domestique peut faire baisser la tension artérielle. Alors, avoir son toutou auprès de soi peut aider l’enfant à faire ses devoirs le soir à la maison, même s’il s’agit d’une matière qu’il n’aime pas du tout.

6. Ils alimentent les conversations familiales

Les animaux de compagnie créent des liens supplémentaires entre les parents et les enfants. Même nettoyer l’aquarium peut les rapprocher.

Conclusion : la relation quotidienne avec un partenaire qui ne juge pas, qui ne renvoie pas aux difficultés personnelles ou familiales, qui ne trahit pas, et dont les manifestations comportementales sont apaisantes et rassurantes, peut installer ou conforter les enfants sur le versant de la sécurité affective. Les relations avec les animaux familiers permettent à l’enfant de libérer sans retenue toute la gamme de ses émotions (joie, peur, colère, tristesse, dégoût) et de ses autres états affectifs (amitié, jalousie…). Parallèlement, elles structurent les capacités de base (ou compétences-socles) de l’enfant qui sous-tendent son développement, et jouent un rôle essentiel dans le renforcement de son attachement initial, l’établissement de nouveaux attachements, la régulation de ses comportements et de ses conduites sociales, et ses processus de socialisation.

Le contact avec des animaux familiers exerce également une fonction primordiale dans la structuration des processus cognitifs de l’enfant et dans le développement de ses ressources intellectuelles. Les comportements des animaux familiers stimulent en effet le fonctionnement cérébral de l’enfant (traitement des informations du monde extérieur, raisonnements structurés et organisation de la pensée). La curiosité, l’observation soutenue et sélective, la concentration intellectuelle et l’imagination activent les processus déductifs et inductifs dans une pensée en mouvement.

En toute sécurité affective, les animaux familiers donnent ainsi à l’enfant des clés essentielles du savoir et de la connaissance. Ils lui apprennent à apprendre.

les derniers articles Psycho & Bien-être

picto catégorie post
#Janette bien dans son corps | #Psycho & Bien-être | #Bien-être

Yoga et méditation : cultiver la pleine conscience

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Psycho pour le couple | #Psycho & Bien-être

Les vacances, seule ou en couple ? Même saveur ?

LIRE LA SUITE
picto catégorie post
#Psycho au travail | #Psycho & Bien-être

Ces expressions de bureau qui nous agacent

LIRE LA SUITE