[C’est dans le mag] Les pleurs et l'angoisse d'aller a l'ecole

Janette et la layette

Rubrique sponsorisée par Babygreen

logo-babygreen

Le début de chaque année à l’école est un moment important dans la vie de vos enfants. Ceux-là retrouvent des lieux connus alors que ceux-ci sont perdus dans un environnement totalement nouveau. Certains ont eu la joie et le soulagement de retrouver les copains, d’autres vont spontanément rejoindre leurs nouveaux camarades de jeu, d’autres restent encore collés aux jambes de leur mère ou de leur père, ou pire !

Comment faire, Janette, pour aider votre enfant?

  1. Où êtes-vous pendant que lui est à l’école? Expliquez-lui ce que vous allez faire, avec qui, combien de temps. Si vous travaillez, montrez-lui votre lieu de travail, présentez-lui vos collè Indiquez-lui au moins votre entreprise de l’extérieur en lui expliquant avec des mots simples votre activité. C’est important de l’aider à se représenter ceux qu’il aime lorsqu’il ne les voit pas; il se sentira moins seul et plus rassuré s’il peut être près de vous en pensée.
  2. Le bracelet magique, un outil formidable pour lutter contre l’anxiété de séparation, ou un autre objet de votre choix. Que vous l’achetiez, que vous le fabriquiez ou qu’il vous appartienne, offrez-lui comme un cadeau. Expliquez-lui qu’il est magique et contient des câlins, des bisous, des « Je t’aime »… Et qu’il aide les enfants à se sentir mieux quand ils sont loin de chez eux. L’idéal est aussi de créer une routine spécifique pour le moment et le lieu où il le déposera à la maison pour bien identifier l’objet aux sé Vous pouvez aussi y associer un parfum, le vôtre, celui de papa ou simplement de la lavande (antistress).
  3. Glissez une petite photo de vous, de votre famille, de son chien ou petit chat préféré dans une poche de vêtement, pour qu’il puisse la regarder discrètement quand le temps lui parait long.
  4. Gardez votre calme devant lanxiété de votre enfant. Votre état d’esprit est contagieux. Dans ces moments-là, votre enfant a urgemment besoin d’être rassuré par votre calme et votre confiance. Mettez-vous des œillères, ne faites pas attention aux autres parents et leurs enfants, il s’agit de vous concentrer sur le vô Redîtes-lui les aspects positifs de l’école et tout ce qu’elle va lui offrir quand il y sera habitué. Ressassez un mantra positif : Il y est bien. Cette école est une bonne école. Ma sérénité est le meilleur atout pour aider notre enfant.»
  5. Optimisez le trajet. Partagez le trajet avec un copain, à pied ou en faisant du covoiturage, peut faciliter la routine du matin de façon spectaculaire. Autre idéede la psychanalyste Liliane Holstein : « Vous pouvez l’aider à comprendre qu’il ne s’éloigne pas dramatiquement de son nid. Pour lui permettre de relativiser l’éloignement, montrez-lui des détails sur le chemin qui le mène à l’école : boulangerie, enseigne amusante, couleur d’un immeuble… Ces détails qu’il mémorisera en les répétant chaque matin le rassureront en lui permettant d’apprivoiser les distances et lui serviront d’images ressources lorsqu’il aura besoin de se souvenir que son nid n’est pas loin et qu’il n’est pas perdu dans la nature. »
  6. Les retrouvailles. Ne le harcelez pas de questions. S’il en est déjà capable, il saura lui-même vous donner des bribes de souvenirs. Et quand il se met à chanter ou à raconter ou à reconnaitre quelque chose, sachez l’écouter même si le moment n’est pas opportun. Apprenez-lui à exprimer ses émotions, c’est difficile jusqu’à 7 ou 8 ans et encore aprè Un truc qui marche: laissez-le jouer à la maîtresse et acceptez de vous transformer, vous, en petit élève… Vous apprendrez beaucoup de choses sur ce que votre enfant ressent, ses peurs, ses angoisses et aussi ses joies! Attention, ne prenez pas à la lettre ce qu’il dit ou fait, c’est seulement comment il voit, entend et sent les choses dans sa classe… et ça lui fait du bien de l’exprimer, voire de l’exagérer à la dimension de ses émotions.

Si le malaise est important (insomnie, cauchemars, perte d’appétit, forte irritabilité), consultez un psychologue.

Texte par Claudine Boulanger-Pic, psychologue
www.mieuzen.com
Illustration – Helena Buono

 

Les commentaires

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *